JCC 2019 – Session Nejib Ayed – Huit films à voir absolument

JCC 2019 – Session Nejib Ayed – Huit films à voir absolument

Par -

JCC 2019 - Affiches films

 

Les Journées Cinématographiques de Carthage, l’événement culturel tunisien le plus attendu de l’année, commencent demain soir.

Pour cette session Nejib Ayed, 170 films représentant 40 pays seront projetés pendant 10 jours à raison de 60 projections par jour dans 22 salles de cinéma différentes. Malheureusement pour cette année, la mythique salle du Colisée ne fera pas partie de la fête pour cause de travaux d’embellissement et de remise en état. Par contre, les cinéphiles pourront aller voir des films dans la salle n°8 du multiplexe Pathé Tunis City et au ciné Jamil d’El Menzah.

Il est évident que je ne connais pas tous les films qui sont programmés cette année aux JCC 2019, mais j’en ai vu quelques-uns dans divers festivals, en particulier au Festival de Cannes. J’en conseille huit à voir absolument :

Parasite de Joon-ho Bong  (Corée du Sud) – Section Cinéma du Monde

Ce très beau film a remporté La Palme d’Or à la 72ème édition du Festival de Cannes en mai 2019.

Synopsis :
Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à̀ se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne…

 

Les misérables de Ladj LY (France) – Section Diaspora.

Ce film très fort et très émouvant a remporté le Prix du Jury à la 72ème édition du festival de Cannes.

Synopsis :
Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes…

 

Sorry, we missed you de Ken Loach (Royaume Uni) Section Cinéma du Monde.

En compétition officielle à la dernière édition du Festival de Cannes.

Synopsis
Ricky, Abby et leurs deux enfants vivent à Newcastle. Leur famille est soudée et les parents travaillent dur. Alors qu’Abby travaille avec dévouement pour des personnes âgées à domicile, Ricky enchaîne les jobs mal payés ; ils réalisent que jamais ils ne pourront devenir indépendants ni propriétaires de leur maison. C’est maintenant ou jamais ! Une réelle opportunité semble leur être offerte par la révolution numérique : Abby vend alors sa voiture pour que Ricky puisse acheter une camionnette afin de devenir chauffeur-livreur à son compte. Mais les dérives de ce nouveau monde moderne auront des répercussions majeures sur toute la famille…

 

Adam de Maryam Touzani (Maroc) en compétition officielle Longs Métrages de fiction.

Adam a été projeté la première fois à Cannes où il était en compétition dans la sélection Un Certain Regard. Il a par la suite été sélectionné dans plusieurs festivals et a remporté notamment l’Etoile de Bronze au Festival du Film d’El Gouna (Egypte) et le Prix de Meilleure actrice pour Nisrin Erradi au Festival International du Film de Durban (Afrique du Sud).
Adam a été choisi pour représenter le Maroc pour l’Oscar du Meilleur Film International aux Oscars 2020.
Très beau film, très émouvant. Inspiré d’une histoire vraie.

Synopsis
Dans la Médina de Casablanca, Abla, veuve et mère d’une fillette de 8 ans, tient un magasin de pâtisseries marocaines. Quand Samia, une jeune femme enceinte frappe à sa porte, Abla est loin d’imaginer que sa vie changera à jamais. Une rencontre fortuite du destin, deux femmes en fuite, et un chemin vers l’essentiel.

 

Papicha de Mounia Meddour (Algérie) en compétition officielle Longs Métrages de fiction.

Papicha a été projeté la première fois à Cannes où il était en compétition dans la sélection Un Certain Regard. Il a par la suite été sélectionné dans plusieurs festivals  et a remporté notamment le Prix du Meilleur Film Arabe au Festival du Film d’El Gouna (Egypte).

Papicha a été choisi pour représenter l’Algérie pour l’Oscar du Meilleur Film International aux Oscars 2020, mais paradoxalement ce film a été interdit dans son propre pays. Peut-être à cause de ses propos anti-islamistes ?

Synopsis :
Alger, années 90. Nedjma, 18 ans, étudiante habitant la cité universitaire, rêve de devenir styliste. A la nuit tombée, elle se faufile à travers les mailles du grillage de la Cité avec ses meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit où elle vend ses créations aux « papichas », jolies jeunes filles algéroises. La situation politique et sociale du pays ne cesse de se dégrader. Refusant cette fatalité, Nedjma décide de se battre pour sa liberté en organisant un défilé de mode, bravant ainsi tous les interdits.

 

Noura rêve de Hinde Boujemaa (Tunisie) en compétition officielle Longs Métrages de fiction.

Après sa première au Festival International du Film de Toronto (Canada), Noura rêve a été sélectionné dans plusieurs festivals et a remporté le Prix de Meilleure actrice pour Hend Sabry au Festival du Film d’El Gouna et le Grand Prix Compétition Internationale – Longs métrages du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux.

Synopsis
5 jours, c’est le temps qu’il reste avant que le divorce entre Noura et Jamel, un détenu récidiviste, ne soit prononcé. Noura qui rêve de liberté pourra alors vivre pleinement avec son amant Lassad. Mais Jamel est relâché plus tôt que prévu, et la loi tunisienne punit sévèrement l’adultère : Noura va alors devoir jongler entre son travail, ses enfants, son mari, son amant, et défier la justice…

 

Le traître de Marco Bellocchio (Italie) – Section Cinéma du Monde

En compétition officielle au Festival de Cannes, ensuite sélectionné dans plusieurs festivals et a remporté plusieurs prix, dont notamment celui du Meilleur Réalisateur au Golden Globes Italy.

Synopsis
Au début des années 1980, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de comptes s’enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta, prend une décision qui va changer l’histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra.

 

Phuong anh nguyen (The third wife) d’Ash Mayfair (Viet Nam) – Section Cinémas d’Asie

Après sa première au Festival International du Film de Toronto (Canada), The Third Wife a été sélectionné dans plusieurs festivals et y a remporté plusieurs prix.

Synopsis
Dans le Vietnam rural du XIXème siècle, May, 14 ans, devient la troisième épouse du riche propriétaire Hung. Elle comprend rapidement qu’elle ne peut obtenir un statut qu’en s’imposant comme une femme capable de donner naissance à un fils. L’espoir de May de changer de statut devient réel lorsqu’elle tombe enceinte…

Il y a beaucoup d’autres beaux films dans la sélection de cette année. Il est impossible de les citer tous. Il y a aussi de nombreux films qui ont eu d’excellentes critiques, mais que je n’ai pas encore vus. J’espère les découvrir bientôt.

Vous trouverez le programme détaillé de toutes les projections par salles ici.

Bon festival !

Neïla Driss

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo

Tapis rouge