Sur le point de plier bagage, une entreprise italienne voit sa situation régularisée

Mardi 1er octobre 2019, l’investisseur italien Giovanni Falco a rencontré le chef du gouvernement Youssef Chahed. Officiellement, il a affirmé son intention de créer mille emplois supplémentaires en Tunisie alors qu’il est à la tête d’une entreprise employant déjà 4200 personnes.

Giovanni Falco dirige l’entreprise Martek, spécialisée dans la fabrication des chaussures de sécurité. Mais le fait est que cette entreprise qui emploi 1000 personnes à Menzel Jemil et 3200 à Menzel Bourguiba, était sur le point de faire faillite voire de plier bagage.

M. Mattia Francesco Melani, directeur de production de Martek, a indiqué, ce jeudi 3 octobre, sur les ondes de RTCI que lorsque Martek a décidé de racheter son concurrent en 2013, il a été reçu par le chef du gouvernement de l’époque, Hamdi Jebali et avait signé un procès-verbal avec une promesse selon laquelle l’Etat allait prendre en charge les cotisation sociales des 1600 employés de ladite société rachetée.

Mais finalement Martek a continué à payer les cotisations sociales et l’Etat n’a pas respecté cet engagement, selon Melani. Aujourd’hui, Martek s’est retrouvé avec une ardoise de 17 millions de dinars comprenant également les pénalités de retard et risquait la fermeture.

La rencontre avec Youssef Chahed a permis de ramener cette ardoise à 7 millions de dinars, comme mentionné sur RTCI. Et Martek peut désormais créer les mille emplois mentionnés pour la fabrication de chaussures de sécurité sachant qu’il s’agit d’un des leaders mondiaux en la matière vec une production de 18.000 paires de chaussures haut de gamme par jour.

Commentaires:

Commentez...