Elections en Tunisie : I Watch épingle des ONG et des délégations...

Elections en Tunisie : I Watch épingle des ONG et des délégations étrangères

Par -

L’organisation I Watch, à l’origine de la plainte qui a conduit à l’arrestation et à la détention du candidat au second tour de l’élection présidentielle, Nabil Karoui, s’est insurgée, dans un communiqué publié, ce mercredi 2 octobre 2019, contre les menaces pesant sur le processus électoral.

« Seul l’acquittement peut garantir la liberté à un accusé
et non le fait de se porter candidat aux élections »

Dans ce communiqué, axé sur l’affaire de Nabil Karoui, I Watch tient à rappeler que les processus électoral et judiciaire restent séparés et que le processus électoral ne peut venir empiéter sur la Justice. « Seul l’acquittement peut garantir la liberté à un accusé et non le fait de se porter candidat aux élections », note le communiqué.

I Watch déplore également les déclarations de certains responsables et qui ont émis des doutes sur les résultats de l’élection sous prétexte de « l’inégalité des chances ». « Il s’agit d’une première très grave, surtout s’il s’agit d’un membre de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) qui fait part de ce genre de craintes », souligne l’ONG.

« L’hypocrisie de certaines parties internationales
qui classent la Tunisie en tant que paradis fiscal
et qui dénoncent en même temps une procédure juridique
contre une suspicion d’évasion fiscale »

I Watch dénonce aussi « l’hypocrisie de certaines parties internationales qui classent la Tunisie en tant que paradis fiscal et qui dénoncent en même temps une procédure juridique contre une suspicion d’évasion fiscale ». I Watch déplore, dans ce contexte, l’intervention d’ONG et de délégations étrangères sans le moindre respect des codes et des normes d’observation internationale des élections. Ceci est considéré comme une intervention dans le processus électoral, estime l’organisation.

« Le fait de se porter candidat
ne donne pas une immunité »

Pour l’égalité des chances, I Watch a rappelé que tous les candidats n’ont pas réussi à faire leur campagne électorale à cause de poursuites judiciaires à l’instar de Slim Riahi. « L’égalité des chances doit être garantie pour tous les Tunisiens arrêtés par la justice et non pas entre des candidats aux élections », note l’ONG.

I Watch rappelle en outre qu’elle est pour l’indépendance de la Justice et que celle-ci doit être gardée à distance des tiraillements politiques et électoraux tout en signalant que « le fait de se porter candidat aux élections ne donne pas une immunité ou une exception au concerné ».

« L’ISIE appelée à préserver
son indépendance et sa neutralité »

I Watch appelle ainsi les ONG et les délégations d’observation des élections à respecter la volonté des électeurs et les résultats comme elle appelle l’ISIE à préserver son indépendance et sa neutralité et à respecter également la volonté des électeurs. « Toutes les parties internationales doivent se rappeler que la loi doit être respectée et que leurs positions seraient différentes si cette affaire était transposée dans leurs pays.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo