Dépôt d’une demande de libération de Nabil Karoui

Le candidat à l’élection présidentielle anticipée, Nabil Karoui a réussi son pari de passer au deuxième tour. Il affrontera le juriste Kais Saied, arrivé en tête du premier tour.

A l’heure où Nabil Karoui s’apprête à engager son duel, une demande de libération a été déposée, lundi 16 septembre 2019. Mais, selon son avocat Nabil Akrimi, « Ennahdha serait intervenu pour stopper la transmission de la demande au procureur compétent », rapporte Mondafrique.

Incarcéré à la prison de Mornaguia depuis le 23 août dernier pour une affaire de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale, le code électoral ne prévoit pas le cas d’un candidat à la présidentielle incarcéré durant la campagne électorale.

La question de la situation d’un candidat en prison étant régie par le code pénal c’est le juge d’instruction qui détient le pouvoir dans cette affaire.

Dans ce cas de figure, la Tunisie s’achemine donc vers un blocage, une impasse juridique comme l’a laissé entendre le constitutionnaliste Yadh Ben Achour.

Or, la Tunisie n’a pas droit à l’erreur afin d’éviter une mascarade au second tour. Mais la libération de Nabil Karoui reste difficile malgré une équipe d’avocats qui étudient tous les moyens pour contourner cette impasse juridique.

Les magistrats estiment, dans le cas de cette affaire, que leurs chances d’obtenir ne serait-ce que l’examen de cette nouvelle demande de libération relève de l’impossible.

Et si Nabil Karoui gagnait l’élection ? Du côté de l’ISIE, tout est clair. Nabil Baffoun a annoncé, ce mardi 17 septembre 2019, que l’instance se comporterait avec le candidat Nabil Karoui comme avec tous les autres, abstraction du fait qu’il soit en prison.

Et s’il venait à remporter l’élection, l’ISIE devra valider sa victoire et transmettre le dossier à l’ARP. Dès lors, l’imbroglio n’impliquera plus l’ISIE mais l’ARP et la justice.

Commentaires: