Après l’élection présidentielle : Révolution et Restauration face à face

Après l’élection présidentielle : Révolution et Restauration face à face

Par -

L’une des leçons du premier tour de l’élection présidentielle réside dans la polarisation qui se confirme entre révolutionnaires et restaurateurs.

En effet, l’effet Saied relance la dynamique révolutionnaire et institue de nouveau un hiatus entre ceux qui cherchent à totalement tourner la page de Bourguiba et du Destour et ceux qui cherchent encore les conditions d’une restauration.

Ces derniers ont perdu la main après la démission de Mohamed Ghannouchi en 2011 mais ont pu la reprendre avec BCE et l’essor de Nidaa Tounes.

Ils la reperdent de nouveau avec la débandade des « centristes » provoquée par la multiplication des candidatures et les conflits fratricides.

En face, les révolutionnaires qu’ils soient islamistes ou représentant des courants radicaux ou gauchistes, revoient naître une dynamique qui leur est favorable.

Quelles seront les convergences après le premier tour ? Il est visible que plusieurs radicaux et proches de l’Islam politique apportent leur soutien à Kais Saied.

De même, les courants centristes pour certains d’entre eux, pourraient se rapprocher du candidat Nabil Karoui.

Les polarisations sont actuellement très marquées et s’il est vrai que la majorité sortante a connu un véritable Waterloo, l’establishment reste solide avec près de 25 % des votes entre Mourou, Zbidi et Chahed.

Dans cette perspective, le prochain scrutin législatif devrait soit confirmer la tendance du 15 septembre soit marquer un regain des courants restaurateurs qui ont désormais le dos au mur.

Le second tour de l’élection présidentielle ajoute du piquant à ces polarisations car l’incertitude est encore forte et les jeux ouverts entre deux candidats vers lesquels convergent les aspirations populaires et une classe politique en quête de rebond.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo