Palais et souks disparus : La Marsa, ville évaporée

Palais et souks disparus : La Marsa, ville évaporée

Par -

Ils sont de moins en moins nombreux, ceux qui de leur vivant ont connu la ville de La Marsa telle qu’elle fut à l’époque des beys husseinites.

En effet, le pic des démolisseurs a eu raison de cette part de la mémoire de la Marsa.
Le palais Dar Tej a en effet disparu ainsi que les anciens souks de la Marsa. Les plus anciens ont connu ces quartiers centraux de la Marsa dont on peut dire que son histoire s’est en quelque sorte évaporée.

On vous parlera aussi de la « zaouia » de Sidi Salah qui se trouvait au milieu de la route qui traverse la ville.

Seuls quelques monuments husseinites ont survécu à cette véritable hécatombe. Encore faudrait-il recenser les édifices perdus, en retrouver la trace y compris par le recours aux cartes postales d’époque.

Peut-être faudrait-il restituer virtuellement tous ces bâtiments historiques et offrir aux visiteurs de la Marsa une promenade dans la mémoire de la ville, cette mémoire quasiment évaporée et dont il ne demeure que quelques témoins.

Avec son passé hafside et aussi sa période husseinite, La Marsa est l’une de nos villes historiques et devrait, à ce titre, mettre plus en valeur son histoire.

Cela permettrait de mieux connaître ces aspects précis de la mémoire d’une ville où ne subsistent que quelques balises historiques comme El Abdellia ou le palais Essaada.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo