HAICA : « Nessma TV a leurré l’opinion publique et fait de la...

HAICA : « Nessma TV a leurré l’opinion publique et fait de la propagande au profit de Nabil Karoui »

Par -

La Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA) a publié, ce mardi 27 août 2019, un communiqué dans lequel elle rappelle que certaines chaînes sont toujours sans licence et appelle, par conséquent l’Etat à appliquer la loi.

Dans son communiqué, la HAICA se dit décidée à compléter les mesures juridiques relatives aux chaînes qui ne détiennent pas de licence d’exploitation tout en appelant l’Etat à appliquer la loi sans hésitation et sans tenir compte des intérêts partisans et des calculs politiques.

La HAICA appelle l’Etat à appliquer la loi

La HAICA insiste sur « le respect de la loi en ce qui concerne les mesures relatives aux médias illégaux et la nécessité de trancher la question sans concession ». Mais l’instance met surtout en garde contre les tentatives de certains propriétaires de médias audiovisuels d’impliquer les journalistes dans les conflits et agendas politiques.

La HAICA estime que les structures professionnelles sont appelé à protéger le secteur et à hâter la mise en place d’un conseil de la presse et de mécanismes d’autorégulation au sein des entreprises de presse afin de préserver l’éthique journalistique et les critères d’une couverture objective des élections.

Nessma TV visée !

La HAICA explique publier ce communiqué face « aux répercussions de l’arrestation du propriétaire de la chaîne de télévision privée Nessma TV Nabil Karoui pour suspicion de corruption marquées par de graves violations enregistrées par ce média qui a utilisé ses plateaux pour leurrer l’opinion publique et faire de la propagande au profit de son propriétaire ».

 

Tarak Ben Ammar contre-attaque !

Après ce communiqué, le président du conseil d’administration de Nessma Broadcast, Tarak Ben Ammar a réagi en précisant, dans un communiqué, que « Nabil Karoui n’est ni le propriétaire de Nessma TV, ni son directeur, ni son représentant légal (…) et qu’il n’est qu’un actionnaire minoritaire ».

Et d’accuser la HAICA de « persécuter » la chaîne et l’un de ses actionnaires, estimant qu’il s’agit-là d’une violation de la liberté d’expression et du pluralisme et que Nessma Broadcast, la société qui représente Nessma TV, s’est conformée à la loi.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo