Une icône de l’histoire maghrébine : Le dernier combat de Kahena 

Une icône de l’histoire maghrébine : Le dernier combat de Kahena 

Par -
Les sources historiques divergent et si pour les uns le dernier combat de  Kahéna a eu lieu près de Tabarka, pour d’autres, la mémoire de cette femme reste floue.
C’est au lieu-dit Bir El Kahena, non loin de Tabarka, que son armée a été vaincue par celle de l’émir Moussa Ibn Nouceir.
Selon les uns, elle serait morte au combat, les armes à la main. Pour d’autres, elle se serait suicidée par le poison pour ne pas être capturée.
Selon le récit que fait Ibn Khaldoun de cet événement qui s’est produit en 703, la Kahena aurait été capturée et décapitée et sa tête aurait été envoyée au calife Abdelmalek.
Il existe beaucoup de divergences à ce propos et les récits varient même en ce qui concerne les lieux de cette dernière bataille que certains situent dans les Aurès, en Algérie.
Connue sous le surnom de Kahena (qui signifie en arabe la Devineresse ou la Prophétesse), le véritable nom de cette reine berbère est Dhia et elle a combattu les Omeyyades lors de la conquête du Maghreb au septième siècle.
Toujours selon Ibn Khaldoun, Kahena est née dans la tribu des Zenata et a succédé à Kouceila comme chef de guerre des Berbères vers 688.
Présente dans la littérature et au cinéma, la figure de Kahena est une constante dans le discours féministe et aussi dans la culture berbère.
Même si des divergences historiques existent quant à l’identité de ce personnage du passé, Kahena n’en reste pas moins intimement liée à l’imaginaire collectif maghrébin et à la conscience des peuples de la région.

Commentaires: