Non, Mme Lagarde !

Non, Mme Lagarde !

Par - Tunis-Hebdo

Où le FMI est-il allé chercher cette thèse ? D’après les experts de l’institution de Bretton Woods, l’appréciation récente du dinar par rapport à l’euro et au dollar risque d’affecter les paiements courants de la Tunisie.

Non Mme Lagarde. Cette thèse gardez-là pour vous et pour celui qui vous succèdera au majestueux poste que vous occupez depuis 2011.

A chaque mission de vos experts chez nous, vous nous faites croire que le dinar est surévalué, alors qu’il ne vaut pas plus que le papier sur lequel il est imprimé. Vous nous faites penser qu’une dépréciation du dinar serait une aubaine pour notre économie, alors que nos opérateurs mettent, les uns après les autres, les clés sous le paillasson parce qu’ils sont incapables de faire face à la cherté des produits qu’ils importent de chez vous.

Aujourd’hui, que le dinar reprend un peu du poil de la bête, vous insistez auprès de nos autorités monétaires qu’il soit rétabli à son niveau d’il y a trois mois, pour qu’il épouse la réalité. Quelle réalité ? Celle qui nous oblige à nous soumettre à votre bon vouloir et à nous aliéner à vos directives !

Non Madame, gardez vos conseils pour vous. Nous en avons marre de votre lecture systémique de la chose économique. La thèse qui dit que plus la valeur du dinar baisse, plus compétitifs seront nos produits à l’export est caduque.

Dans les années 90, au plus fort de la valeur du dinar, la Tunisie exportait l’huile d’olive, les agrumes, les dattes, le textile, drainait des touristes, séduisait des investisseurs étrangers, honorait ses engagements envers ses créanciers tout en réussissant à garder intactes ses finances publiques.

Pourquoi devrions-nous, aujourd’hui, déprécier notre dinar au moment où un vent d’air frais semble souffler sur notre monnaie ? Non, Mme, désolé. Vos thèses libérales et dogmatiquement impérialistes, appliquez-les chez vous, en France !

Chahir CHAKROUN
Tunis-Hebdo du 22/07/2019

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo