« Et s’il était séquestré ? » : Abbou appelle le procureur de la...

« Et s’il était séquestré ? » : Abbou appelle le procureur de la République à rendre visite à Béji Caïd Essebsi

Par -

Le secrétaire général du Courant démocrate Mohamed Abbou, a commenté le refus du chef de l’Etat de signer la promulgation de la loi électorale.

Dans un post publié sur sa page Facebook, Abbou a estimé que le président de la République est en violation de la Constitution, et que « personne ne peut trouver une issue légale à cette situation ».

Abbou a exprimé ses doutes quant à l’absence du président de la République qui n’a effectué aucune activité depuis le 5 juillet, ajoutant que « ces soupçons peuvent atteindre le stade de la suspicion d’un crime de séquestration, ou peut-être une atteinte contre la sécurité intérieure de l’État, et c’est là que le procureur de la République du tribunal de première instance de Tunis peut intervenir ».

Selon ses dires, le procureur de la République peut émettre un ordre d’enquete lui permettant de rencontrer et d’interroger le président de la république pour savoir s’il existe des personnes qui l’empêchent d’exercer ses fonctions en exploitant son état de santé », a-t-il ajouté, appelant à la révélation de la vérité.

Samedi, le conseiller politique auprès de la présidence de la République, Noureddine Ben Ticha, a annoncé que le chef de l’Etat a refusé de signer la promulgation de la loi électorale.

Selon Ben Ticha, « le président de la République n’a pas promulgué la loi électorale parce qu’il rejette la logique de l’exclusion et celle de signer des amendements taillés sur mesure pour certaines parties »

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo