Depuis 2011, Zarzis a enterré 1000 victimes de la migration irrégulière

Depuis 2011, Zarzis a enterré 1000 victimes de la migration irrégulière

Par -
Illustration

Le maire de Zarzis, Makki Larayedh a fait savoir que sa ville compte un total de plus de mille tombes de victimes de la migration clandestine à partir de la Libye, depuis 2011.

Cette déclaration intervient en marge de la polémique ayant éclaté après les rumeurs selon lesquelles, la municipalité de Zarzis aurait inhumé plusieurs migrants clandestins dans une fosse commune. Le maire a tenu à démentir ces informations précisant que l’enterrement de ces victimes se poursuit dans des conditions humaines.

En effet, la municipalité de Zarzis a annoncé avoir commencé, lundi 15 juillet, à enterrer un premier groupe de corps de migrants africains victimes d’un naufrage au large du gouvernorat de Médenine.

La municipalité annonce à cet effet, que des tombes ont été préparées pour enterrer les dépouilles des migrants décédés dans le naufrage. Les services municipaux s’attendent d’ailleurs à l’arrivée de 20 autres cadavres dans les prochaines heures.

« L’inhumation se déroule normalement, les tombes étant alignées les unes à côté des autres et chaque dépouille porte des données obtenues à partir de l’analyse génétique avec une plaque d’identification placée sur chaque tombe afin de faciliter le processus d’identification », a précisé à l’agence TAP, le maire de Zarzis, Makki Larayedh.

Plus de 82 corps retrouvés sur les côtes de Djerba, Zarzis et Ben Guerdane devraient être enterrés après que 6 autres corps aient été retrouvés hier, selon Larayadh.

« Nous avons eu à faire face à une crise réelle et la municipalité, les gardes-côtes et la protection civile ont été mobilisés pour récupérer un grand nombre de corps en décomposition transférés pour autopsie à Gabès avant d’être ramenés à Zarzis qui a supporté seul ce travail humanitaire », a-t-il ajouté.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo