Tunisiens d’hier : Albert Samama Chikly, photographe, cinéaste et dandy

Tunisiens d’hier : Albert Samama Chikly, photographe, cinéaste et dandy

Par -

Nous avons une dette énorme envers Albert Samama par qui le cinéma a fait ses premiers pas en Tunisie.

Surnommé Chikly après une aventure avec des amis ayant pour théâtre l’îlot qui se trouve au milieu du lac, ce dandy à cheval entre deux siècles était un grand innovateur.

C’est lui qui a organisé à Tunis les toutes premières projections du cinématographe Lumière, à l’enseigne du « Cinémato Chikly », l’une de ses initiatives loufoques.

Il a ensuite mis en mouvement le cinéma tunisien en étant le premier à filmer deux œuvres de fiction, il y a presque un siècle.

Ce furent successivement « Zohra » (1922) et « Ain Ghezal » (1923), deux films fondateurs qui ont ouvert la voie aux cinéastes.

Ce n’est pas le fait du hasard si une salle de cinéma à la Cité de la culture porte le nom d’Albert Samama Chikly.

Cet homme d’action né en 1872 et décédé en 1934, à l’âge de 62 ans, était un génial touche à tout qui fut l’un des plus grands photographes de son époque.

Il a en effet réalisé de nombreux reportages en Tunisie et dans le monde, notamment après le tremblement de terre de Messine et la guerre en Libye.

On lui doit également le premier reportage aérien au-dessus de Tunis qu’il a survolé en montgolfière.

La vie de cet homme des deux siècles fourmille de prouesses et de hauts faits. Il compte parmi les Tunisiens d’exception et mérite pleinement sa place au Panthéon de notre culture.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo