L’application d’une circulaire, aurait pu éviter le drame de Sebala !

Illustration

La députée de la coalition nationale, Bochra Belhaj Hmida est revenu ce lundi 29 avril 2019 sur l’accident tragique survenu à Sidi Bouzid, ayant coûté la vie à 12 personnes, tous des travailleurs agricoles.

La non application de la loi est à l’origine de ce genre d’accidents routiers a indiqué Belhaj Hmida, lors de son intervention sur Express FM, appelant à activer la circulaire du ministère du Transport, mise en place en 2018, permettant aux gouverneurs de régler le problème de transport des femmes rurales.

Pour sa part, le président de l’Association nationale de la sécurité routière, Bilel Ounifi, a expliqué que la circulaire en question permet aux gouverneurs d’octroyer aux louages et transports ruraux une autorisation pour transporter les employés agricoles, or il n’en n’est rien, la circulaire n’a pas été appliquée.

« Le Maroc a mis en place, il y a quelques années, une loi concernant le transport des femmes rurales. Et grâce à cette loi, le taux des accidents de la route dans ce secteur a baissé de 70%. Cette loi permet aux entrepreneurs de créer des sociétés chargées de transporter les travailleurs agricoles », a-t-il expliqué.

Le 8 mars dernier, rappelons-le, un conseil des ministres présidé par le chef du gouvernement Youssef Chahed, était consacré à la femme tunisienne à l’occasion de la journée mondiale de la femme. Parmi les mesures annoncées en marge de ce conseil des ministres, la question du transport des femmes rurales.

Le conseil des ministres avait décidé d’accorder des autorisations spéciales aux transports publics leur permettant de sortir de leurs circuits pour amener les femmes rurales jusqu’aux lieux de leur travail dans les meilleures conditions de sécurité et de confort.

L’objectif serait de fournir des moyens de transport qui assurent les conditions de sûreté à ces femmes rurales, souvent victimes d’accidents de la route et qui respectent la dignité de ces ouvrières. Une circulaire a été d’ailleurs émise par le ministère du Transport pour organiser le transport des travailleurs agricoles, mais jusqu’au aujourd’hui aucune autorisation n’a été délivrée à cet effet.

Le ministre de l’Intérieur, Hichem Fourati, a réagi, ce samedi 27 avril 2019, en indiquant qu’il faut désormais procéder à l’octroi de permis exceptionnels portant organisation du transport rural afin de bannir le transport d’ouvriers dans des conditions anarchiques et ne répondant pas aux critères de la sécurité routière.

Le drame de Sabala n’est pas un accident isolé. Chaque semaine des accidents de ce genre se produisent dans les zones rurales de différents gouvernorats.

Commentaires: