Les produits tunisiens qui s’exportent en Afrique

Les produits tunisiens qui s’exportent en Afrique

Par - Tunis-Hebdo

Le marché subsaharien ne représente que 2,2% des exportations tunisiennes par rapport à 73,7% pour le marché de l’Union européenne qui demeure la destination principale de nos produits.

L’Afrique est l’avenir du monde. Cette affirmation est sortie de la bouche des Chinois, des Turcs, des Indiens, des Français, des Pakistanais et des Américains. Ces puissances commerciales ne se sont pas contentées uniquement de la parole, elles y ont déjà joint le geste en prenant pied sur ce marché à fortes potentialités en tout point de vue.

Est-il besoin de rappeler que la croissance économique de l’Afrique subsaharienne s’est élevée à +7,7% par an entre 2014 et 2019, deux fois supérieure à celle des économies avancées.

Où sommes-nous du marché africain ?

Même si la Tunisie fait partie géographiquement du continent africain, ses échanges commerciaux avec les pays d’Afrique ne se sont pas élevés au rang que lui confine cette appartenance. Les chiffres en attestent : seulement 3 milliards de dinars d’exportation. Une goutte d’eau dans l’océan, sommes-nous tentés de dire.

Très peu, voire insignifiant surtout quand on dénombre les avantages comparatifs dont jouissent nos produits par rapport à ceux venant d’Europe, d’Asie ou d’Amérique, ne serait-ce qu’en rapport avec le coût du transport (proximité du marché africain) et, aussi, en rapport, avec le prix de revient de nos produits.

Il faut rappeler que nos exportations vers le monde ont atteint 34,5 milliards de dinars en 2017. La valeur de nos exportations vers l’Afrique représente seulement 3,5 milliards de dinars, soit 10,27% de la valeur totale.

La Tunisie s’est fixée, certes, comme stratégie de doubler ce montant d’ici 2020, cet objectif reste, néanmoins, suspendu à la faculté de l’Etat et des opérateurs économiques à surmonter les obstacles qui freinent le flux des échanges, des obstacles liés principalement à la logistique, à la législation, au transport, à l’absence de vision stratégique et parfois au manque d’adhésion des organismes censés soutenir cet effort.

Ceci dit, malgré tous ces obstacles, la balance des échanges commerciaux de la Tunisie avec les pays d’Afrique est largement excédentaire au profit de la Tunisie depuis une vingtaine d’années (+447.2 millions de dinars en 2016 contre +17.1 millions de dinars en 1999), avec une croissance annuelle moyenne (2012-2016) des exportations de +1.2% (aux prix courants).

Il faut savoir, par ailleurs, que plus de 80% des importations des pays subsahariens proviennent de pays en dehors du continent, en l’occurrence de la Chine, des Etats-Unis, de l’Inde, de l’Allemagne, de la France et de la Belgique. La Tunisie est classée au 62ème rang dans le listing des fournisseurs, avec une tendance générale à la hausse.

Qu’est-ce que nous exportons à destination de l’Afrique ?

Bien que l’Afrique occidentale demeure la destination principale des exportations tunisiennes (plus de 50% des exportations), suivie par l’Afrique centrale et orientale, la répartition régionale des exportations s’avère plus équilibrée. Actuellement, les marchés subsahariens les plus importants pour les exportations de la Tunisie sont ceux de l’Ethiopie, du Sénégal et de la Côte d’Ivoire.

Les produits exportés par la Tunisie vers l’Afrique subsaharienne concernent principalement les secteurs agroalimentaires (26,9% des exportations entre 2014 – 2016) et industries mécaniques et électriques (19%).

Les exportations du secteur agroalimentaire comprennent principalement la margarine, les préparations pour sauces, l’huile d’olive et les pâtes alimentaires. Les exportations du secteur Industries mécaniques et électriques comprennent les conducteurs électriques, les récipients pour gaz comprimés, les constructions et parties de constructions en fonte/fer/acier.

Il faut préciser, par ailleurs, que la plus grande partie des produits exportés n’est pas attribuable à un secteur d’activité spécifique. Il s’agit des industries diverses qui englobent essentiellement les ouvrages en matières plastiques, plâtre, papiers à usage domestique, serviettes et tampons hygiéniques et triphosphate de sodium.

Les produits disposant d’une forte compétitivité

Les produits dans lesquels la Tunisie dispose d’un avantage comparatif sont « les ouvrages en fonte, fer ou acier », « les papiers et cartons » et « les matières plastiques et ouvrages en ces matières ».

Par contre, les produits à faible compétitivité et qui occupent environ 14% du total des biens exportés par la Tunisie sur le COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe) concernent principalement « les machines, appareils et matériels électriques et leurs parties », « la fonte, fer et acier » et « les produits pharmaceutiques ». Il faut souligner que le dynamisme de la demande de ce groupe de produits n’est pas suffisamment exploité par les exportateurs tunisiens.

L’Afrique, c’est bientôt le quart de la population mondiale !

L’Afrique connaît actuellement une expansion démographique tous azimuts : en 2015, la population de l’Afrique subsaharienne comptait un milliard de personnes et elle doublera, vraisemblablement, d’ici 2050 pour atteindre environ 22% de la population mondiale.

C’est la raison pour laquelle toutes les puissances mondiales se sont pressées de prendre pied dans ce continent. Le butin étant énorme : pétrole, gaz, charbon, uranium, cacao, café, minerai de fer, cuivre, phosphates et manganèse, et surtout l’or et les diamants.

Des secteurs dans lesquels, c’est certain, nous n’avons aucune chance d’y investir.
Contentons-nous d’exporter au peuple africain de la margarine, des sauces, de l’huile d’olive, et les pâtes alimentaires. Ça fera de nous un pays noble.

Chahir CHAKROUN
Tunis-Hebdo du 18/03/2019

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo