Qui se souvient de la synagogue de la Hara de Tunis ?

Qui se souvient de la synagogue de la Hara de Tunis ?

Par -

Et pourtant elle fut la synagogue principale de la capitale ! Mais aujourd’hui, ce lieu de culte est complètement oublié.

Selon les sources, cette synagogue historique qui a été livrée au pic des démolisseurs au début des années soixante, daterait du treizième siècle.

Elle fut la plus importante des synagogues de Tunis jusqu’à la construction il y a 81 ans de celle de l’avenue de la Liberté.

Se trouvant au sein de la médina, cette grande synagogue dont il ne reste plus que de rares photos était nommée « Slat el Kebira », ce qui signifie la grande synagogue.

De fait, elle n’était pas la seule dans la médina de Tunis qui comprenait plus d’une vingtaine de lieux de culte juifs.

Ces synagogues qui se trouvaient dans l’ancienne Hara étaient aussi bien publiques que privées, c’est à dire gérées par la communauté ou par les fidèles qui étaient à l’origine de leur création.

De nos jours, l’ensemble de ces synagogues de l’ancien quartier juif de Tunis ont disparu. Le quartier dans son ensemble a été recouvert par un projet immobilier développé à la fin des années soixante-dix.

C’est une page de l’histoire de Tunis qui a été tournée avec la disparition de ces lieux de culte. Aujourd’hui, la capitale tunisienne abrite seulement deux synagogues actives ( à Tunis et La Goulette) et deux synagogues désaffectées (à la Hafsia et à la rue de la Loire).

Dire qu’une soixantaine de synagogues existaient entre la médina, le centre-ville et les banlieues proches jusqu’aux années soixante.

De nos jours, une école primaire recouvre l’emplacement de cette synagogue de la Hara.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo