Le taux directeur de la BCT passe de 6,75 à 7,75% :...

Le taux directeur de la BCT passe de 6,75 à 7,75% : Qui va en payer le prix ?

Par -

Le Conseil d’administration de la Banque centrale de Tunisie (BCT) a décidé, ce mardi 19 février 2019, de relever son taux directeur de 100 points de base, le portant ainsi de 6,75% à 7,75%.

Cette décision intervient afin de faire face à « la poursuite des pressions inflationnistes qui représentent un risque pour l’économie et une menace pour le pouvoir d’achat, nécessitant une prise de mesures appropriées pour réduire ses effets négatifs », indique la BCT en guise d’explication.

En premier lieu, la BCT cherche avant tout à faire régresser le déficit courant de la balance des paiements extérieurs, qui continue d’enregistrer des niveaux record, atteignant ainsi 11,2% du PIB en 2018 contre 10,2% en 2017 et dont la hausse n’a pas été compensée par l’évolution positive des recettes touristiques et des transferts des Tunisiens à l’étranger. Tout cela implique une baisse des avoirs nets en devises.

Combattre l’inflation

En second lieu, avec cette nouvelle hausse, la troisième sous l’ère du gouverneur Abassi, le taux directeur a augmenté de 350 points de base depuis avril 2017. Elle a pour objectif de réduire l’inflation. Selon la BCT, cette décision intervient, en effet, dans le but de faire face à « la poursuite des pressions inflationnistes » même si le taux d’inflation est passé de 7,5% à 7,1% en janvier 2019.

Mais les craintes de la BCT sont surtout suscitées par les récentes augmentations salariales dans les secteurs public et privé qui risquent d’accentuer les déséquilibres financiers.

La BCT estime que les mesures prises au niveau de la politique monétaire, depuis 2016, ont contribué à une décélération relative du rythme de l’inflation, au cours du mois de janvier 2019, mais elle reste préoccupée quant aux perspectives des pressions inflationnistes.

« Cette dernière devrait poursuivre sa tendance à la hausse au cours de la période à venir, compte tenu des évolutions attendues pour l’ensemble des indicateurs inflationnistes, ce qui nécessite un suivi continu de ses sources et le renforcement des mesures visant à contrecarrer son aggravation », explique la BCT qui veut rester très prudente sur la question de l’inflation, dont la maîtrise reste le principal objectif de cette nouvelle hausse du taux directeur.

Les augmentations salariales à l’index

Si l’inflation risque de repartir à la hausse et par conséquent de grignoter encore le pouvoir d’achat des Tunisiens, cela s’explique aussi par les dernières majorations salariales dans les secteurs public et privé alors que l’UGTT était consciente du risque.

Les conséquences de cette hausse du taux directeur toucheront principalement les consommateurs. Aujourd’hui, elles suscitent des réactions virulentes. Le député Salem Labyedh a d’ailleurs été le premier à s’insurger, lors d’une plénière tenue ce mercredi 20 février 2019 à l’ARP, et exprimé le refus du Bloc démocratique et du Mouvement populaire de la nouvelle hausse du taux directeur de la BCT, la qualifiant « d’injuste et même d’indigne ».

Il a appelé les Tunisiens à manifester dans un mouvement pacifique leur refus afin de faire face à cette mesure qui absorbera, selon lui, les augmentations convenues avec l’UGTT allant jusqu’à ajouter que cette hausse est non seulement un crime mais également une escroquerie.

Le député a appelé le gouverneur de la BCT à se présenter à l’ARP et à fournir des clarifications en ce qui concerne cette décision.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo