Affaire de l’école coranique de Regueb : Cellule de crise, tests anaux,...

Affaire de l’école coranique de Regueb : Cellule de crise, tests anaux, encadrement psychologique…

Par -

L’affaire de l’école coranique d’El Regueb, gouvernorat de Sidi Bouzid, continue de faire des remous. L’organisation mondiale Amnesty International a appelé à libérer immédiatement les enfants placés dans un centre d’encadrement.

Dans un communiqué rendu public récemment, Amnesty International a appelé les autorités tunisiennes à remettre 42 enfants de l’école coranique de la ville de Regueb à leurs parents immédiatement.

Pour sa part, le dirigeant au sein du Mouvement Ennahdha, Abdeltif Mekki, a déclaré qu’il avait rendu visite à ces enfants qui résident actuellement au centre d’enfance de Hammam-Lif.

Dans une déclaration accordée ce lundi à Jawhara fm, Mekki a ajouté qu’une cellule de crise a été mise en place, en présence d’une équipe médicale et d’une autre spécialisée dans l’enfance afin de les encadrer psychologiquement.

Le responsable a estimé qu’il était préférable d’évacuer les enfants et de procéder au test anal en présence des parents.

Rappelons-le, le ministère de l’Intérieur a publié ce dimanche un communiqué concernant la fermeture d’une école coranique à Regueb.

Le département explique que le 29 janvier, la sous-direction de la protection sociale relevant de la direction de la police judiciaire s’est engagée à enquêter sur une activité suspecte d’une association coranique à Sidi Bouzid.

Cette association dirigeait une école qui hébergeait un groupe d’enfants et de jeunes hommes se trouvant dans des conditions inappropriées et faisant l’objet de mauvais traitements et d’exploitation économique. L’enquête a été réalisée en coordination avec l’instance nationale de lutte contre la traite des personnes et le délégué de la protection de l’enfance à Sidi Bouzid.

Le ministère a ajouté que le 31 janvier 2019, les unités de sécurité concernées, accompagnées du délégué régional de la protection des enfants et de 5 psychologues, se sont déplacées sur place où elles ont trouvé 42 enfants (âgés de 10 à 18 ans) et 27 adultes (âgés de 18 à 35 ans) vivant dans des conditions de santé, d’hygiène et de sécurité médiocres.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo