Après le secondaire, l’enseignement de base menace

Le conseil administratif sectoriel de l’enseignement de base, relevant de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) se réunira ce vendredi 1er février 2019 pour évaluer le processus de négociation avec l’autorité en tutelle et discuter de l’activation des points de l’accord conclu le 8 mai toujours en suspens.

Le secrétaire général adjoint de la commission de la fédération de l’enseignement de base, Taoufik Chebbi n’a pas écarté la possibilité d’organiser des mouvements de protestation.

Dans une déclaration accordée au journal Le Maghreb, dans son édition de ce vendredi, Chebbi a fait savoir que malgré la nonchalance du gouvernement, les instituteurs ne boycotteront pas les examens.

Crise du secondaire

Ce matin du vendredi 1er février 2019, le secrétaire-général de la fédération de l’enseignement secondaire a démenti le ministre de l’Education Hatem Ben Salem, affirmant qu’aucun accord n’a été trouvé avec le ministère pour parvenir à la fin de cette crise.

Dans un post Facebook, Yacoubi a estimé que les informations avancées par le ministre visent à perturber les manifestations des enseignants.

Pourtant, le ministre de l’Education a affirmé hier que les négociations avec le syndicat sont sur le bon chemin.  « Les négociations entre le gouvernement et la partie syndicale concernant la crise de l’enseignement secondaire sont sur la bonne voie », a-t-il indiqué.

“Les deux parties sont en train de tout mettre en œuvre pour parvenir à une solution qui soit à la hauteur des attentes de tous”, a-t-il souligné.

Commentaires:

Commentez...