« On nous tue » : Le ras-le-bol des Subsahariens devant l’hôpital Mongi Slim

« On nous tue » : Le ras-le-bol des Subsahariens devant l’hôpital Mongi Slim

Par -
CP : Imen Najia

Un mouvement de protestation a été observé au matin de ce lundi 24 décembre 2018, devant l’hôpital Mongi Slim à la Marsa, où est décédé un jeune ivoirien, président de l’Association des Ivoiriens en Tunisie après son agression au couteau à la Soukra.

En effet des dizaines d’Ivoiriens ainsi que d’autres nationalités subsahariennes, ont protesté contre cet acte à déplorer, appelant le gouvernement tunisien à arrêter les tueurs.

« On nous tue », est le maître-mot de cette manifestation, durant laquelle, les manifestants ont réclamé haut et fort, de meilleures conditions sécuritaires.

Le président de l’Association des Ivoiriens en Tunisie tué à la Soukra

L’Association des Ivoiriens en Tunisie a annoncé hier dimanche 23 décembre le décès de son président Falikou Coulibaly lors d’un braquage et une agression au couteau survenus à « Nahj Al-Matar » à la Soukra.

Certaines sources affirment que des arrestations ont eu lieu sur fond de ce meurtre.

Réagissant à cet acte douloureux l’Association des Etudiants et Stagiaires Africains en Tunisie a condamné « avec la plus grande fermeté l’agression à l’arme blanche (des coups de couteau) de notre frère Falikou Coulibaly de nationalité Ivoirienne rendant ainsi l’âme à l’hôpital de Mongi Slim ».

« Nous lançons un appel fort à l’endroit des autorités Tunisiennes sur le devoir de la protection des étrangers. Ainsi un appel à mobilisation pour un rassemblement est prévu aujourd’hui à 9h devant l’hôpital Monji Slim », a-t-on communiqué.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo