Les pays de l’OCDE comptent 630.000 émigrés tunisiens

Les pays de l’OCDE comptent 630.000 émigrés tunisiens

Par -

Une étude réalisée sur les émigrés tunisiens dans les pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) et de l’Union européenne (UE) a été présentée, ce lundi 17 décembre 2018. Cette étude, réalisée par l’OCDE en partenariat avec le projet Lemma, fait le point sur le nombre de Tunisiens et sur les flux migratoires vers les pays de l’OCDE et de l’UE.

Selon cette étude, intitulée « Talents à l’étranger : Une revue des émigrés tunisiens « , les pays de l’OCDE comptaient 630.000 émigrés tunisiens en 2015-2016 dont 83% sont installés dans les trois pays que sont la France, l’Italie et l’Allemagne et 76% sont en âge de travailler.

Quant à l’UE, elle compte 500.000 émigrés tunisiens dont une majorité de jeunes âgés de moins de 35 ans.

25.000 Tunisiens émigrent légalement, chaque année

Les flux migratoires par voie légale de Tunisiens vers les payse de l’OCDE, sont stables depuis 2013, indique l’étude, rapportant le chiffre de 25.000 Tunisiens qui émigrent légalement chaque année alors qu’entre 2000-2013, les flux migratoires de la Tunisie vers les pays de l’OCDE avait augmenté de 74% avec près de 27.000 par an.

En 2016, la Tunisie occupait ainsi la 62e position parmi tous les pays d’origine en terme de flux migratoires à destination des pays de l’OCDE.

« Les migrations de la Tunisie vers les pays de l’OCDE restent dominées par des flux familiaux, mais les migrations pour motif professionnel augmentent depuis quelques années et les flux d’étudiants vers les pays européens de l’OCDE ont quant à eux doublé depuis 2008 (plus de 6500 permis délivrés en 2016-2017) », indique le rapport.

D’ailleurs, la Tunisie est le quatrième pays d’origine des étudiants étrangers qui vont poursuivre leur cursus en France derrière le Maroc, la Chine et l’Algérie et la part des Tunisiens dans le total des permis délivrés pour motif d’études par la France a atteint près de 6% en 2017.

Taux de chômage élevé

L’étude montre également que dans les pays de l’OCDE, 47% des émigrés tunisiens présentent un niveau d’éducation faible bien qu’il ait tendance à augmenter. Par ailleurs, 77% des descendants d’émigrés tunisiens ont un niveau d’éducation intermédiaire ou élevé.

Sur le marché du travail, les émigrés tunisiens présentent un taux d’emploi assez faible et un taux de chômage élevé dans des pays comme la France, l’Italie ou la Belgique. Toutefois, en Amérique du Nord ou en Suisse, les émigrés tunisiens ne rencontrent pas de difficultés sur le marché du travail.

Qu’est ce que l’OCDE ?

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) compte 34 États membres. L’OCDE a succédé, en 1961, à l’Organisation européenne de coopération économique (OECE) qui avait été créée pour la gestion du plan Marshall.

Les vingt membres fondateurs – qui provenaient essentiellement d’Amérique du Nord et d’Europe occidentale – ont progressivement été rejoints par des pays d’Océanie, d’Europe centrale et orientale, et même d’Asie et d’Amérique du Sud.

Ces pays sont l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Chili, la Corée du Sud, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, les États-Unis, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Islande, Israël, l’Italie, le Japon, le Luxembourg, le Mexique, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, la Suisse et la Turquie.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo