Quelques phrases peuvent-elles conjurer une décennie de mensonges ?

Quelques phrases peuvent-elles conjurer une décennie de mensonges ?

Par -

Tunisien au fond ordinaire, simple individu dans le flot des leaders de tout poil, j’écris ces lignes en conviction. Et je m’y exprime en tant que citoyen libre mais dépossédé de sa parole par des experts, des députés, des politiciens au pouvoir et dans l’opposition.

J’écris ces lignes car en 2011, tout a été canalisé pour que se taisent les clameurs du peuple et commence cette décennie du mensonge.

J’écris parce que j’ai encore le choix d’être libre et que je combattrai pour cette liberté.

Il est temps de régénérer la politique pour que la jeunesse puisse enfin s’exprimer. Il est temps de sortir de cette transition dominée par les gérontes et les opportunistes et rendre à la vertu tout son écho. Il est temps aussi de rendre un hommage républicain à Bourguiba qui, malgré ses erreurs, a eu le courage et la force de matérialiser son dessein pour la Tunisie.

Incontournable, même outre-tombe, le vieux leader doit à la fois sourire et regretter.
Sourire parce que l’acharnement islamiste à l’effacer de l’histoire a tourné à son avantage.
Et regretter parce que la Tunisie est plus fragile que jamais.

Pour ma part, je ne fais qu’écrire ce que je crois être juste et, ce faisant, je me rends compte que mon pays ne mérite pas ces usurpateurs et ces faussaires, ces naïfs et ces félons, ces manipulateurs et ces tartuffes, ces imposteurs et ces aventuriers.

Je ne fais qu’écrire mais parfois, quelques phrases valent mieux que les professions de foi mensongères qui ont libre cours depuis trop longtemps.

Au nom de mon pays meurtri, j’écris pour dire mon indignation et mon espoir qui grandit.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo