Zitouna Sports ou l’aventure d’un siècle

Zitouna Sports ou l’aventure d’un siècle

Par -
Dans à peine une décennie, Zitouna Sports aura un siècle. Cette association sportive compte en effet parmi les plus anciennes de Tunisie.
Fondée en 1927 par des étudiants de la mosquée Zitouna et leurs amis, cette association sera d’abord une antenne sportive scolaire.
Elle ne prendra son caractère de club civil qu’en 1933 puis obtiendra sa pleine reconnaissance légale qu’en 1938.
La génération des fondateurs avait donné une belle impulsion à la Zitouna. C’était au temps de Mohamed Nachi, Jameleddine Bousnina et autres Taieb Miladi.
L’équipe prenait peu à peu son essor et était surtout tournée vers les sports athlétiques à défaut de football.
La Zitouna n’en reste pas moins contemporaine des plus prestigieuses de nos associations sportives.
Avec ses couleurs Rouge et Noir, l’équipe allait se lancer dans les sports collectifs et aura de remarquables formations en volley, basket et surtout hand ball.
La Zitouna a en effet non seulement constitué un vivier mais a longtemps tenu la dragée haute aux ténors du hand tunisien.
Notre photo montre d’ailleurs l’une des générations de la Zitouna, avec les Soltani, Ammar, Ben Sedrine, Dachraoui I, Hafsi, Ksouri et Fellah (debout sur la photo.
L’entraîneur Lassoued est également debout alors que l’on peut reconnaître accroupis Souissi, Gaigi, Berrzouga, Dachraoui II, Douiri et Mejri, en allant de la gauche vers la droite.
Malgré son dynamisme, le hand ball masculin de la Zitouna Sports n’a jamais remporté de titre.
Ce sont les féminines qui se sont distinguées à diverses reprises en remportant trois championnats et deux coupes dans les années 1970.
Aujourd’hui encore, à plus de 90 ans, la Zitouna Sports forme les nouvelles générations – avec peu de moyens – à la Pépinière du Belvédère.
Dire que l’association est née au 12, rue El Kebda dans la médina de Tunis, non loin de Bab Souika!
Avec plusieurs clubs, La Zitouna continue un parcours sobre mais engagé au service de la jeunesse et des valeurs du sport.
Car, on l’oublie trop souvent, l’essentiel n’est pas de toujours vaincre mais plutôt de toujours participer avec abnégation et esprit sportif.
Ce simple billet ne prétend pas narrer l’aventure d’un siècle mais constitue une porte ouverte pour toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans la Zitouna et ses valeurs.

Commentaires: