« Appareil secret » : Rached Ghannouchi sort de son silence

« Appareil secret » : Rached Ghannouchi sort de son silence

Par -

Le chef du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, a commenté l’affaire de l’appareil secret formé par son parti et la récente décision du président Béji Caid Essebsi de transférer l’affaire du meurtre de Belaid et Brahmi devant le Conseil national de sécurité.

Lors de sa participation à la Conférence international du Dialogue méditerranéen à Rome, Ghannouchi a déclaré que son parti maintenait le dialogue et la gestion des différends, car « le pays avait besoin de tous les Tunisiens sans exception », y compris des membres du Front populaire, qui appellent à l’exclusion du mouvement Ennahdha de la scène politique.

«L’accusation de formation d’un appareil de sécurité parallèle est une méthode d’oppression classique utilisée par le régime de Ben Ali pour réduire au silence l’opposition», a-t-il ajouté, évoquant les procès auxquels son parti avait été soumis sous le prétexte de mettre en place des appareils de sécurité secrets.

Ghannouchi s’est étonné de voir «les mêmes partis qui ont lancé ces campagnes continuer d’appliquer la même stratégie de Ben Ali», notant que «c’est une preuve de leur rejet de la concurrence politique avec le mouvement Ennahdha et de leur incapacité à ‘l’égaler’. »

Maître Ali Kalthoum, membre du comité de défense du martyr Chokri Belaïd, a déclaré samedi 1er décembre 2018, que le collectif compte intenter un procès devant la cour criminelle pour demander la dissolution du mouvement Ennahdha sur la base de la loi antiterroriste autorisant la dissolution de tout parti ou de toute association ayant des liens avec le terrorisme.

En réponse, le comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi a annoncé dimanche ne pas avoir l’intention de porter plainte contre le mouvement Ennahdha pour mettre fin à ses activités et dissoudre le parti.

Cité par l’agence TAP, Koutheir Bouallègue, membre du comité a indiqué que le comité a intenté 9 procès depuis quatre ans sans qu’aucune enquête n’ait été ouverte par le ministère public.

« Le comité de défense prendra toutes les mesures pour dévoiler les détails du dossier des assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi et poursuivra la pression pour ouvrir une enquête sérieuse afin de connaitre toute la vérité » a-t-elle souligné.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo