Plainte contre Youssef Chahed : Slim Riahi convoqué devant la justice militaire

Plainte contre Youssef Chahed : Slim Riahi convoqué devant la justice militaire

Par -

Slim Riahi, nouveau Secrétaire général du Mouvement Nidaa tounes, doit comparaitre devant le juge d’instruction militaire en tant que plaignant et témoin dans l’affaire qu’il a intentée récemment contre le Chef du gouvernement, Youssef Chahed, le Directeur général de la garde présidentielle et d’autres complices pour complot contre la sécurité intérieure de l’Etat.

Selon lui, le chef du gouvernement est en train de comploter un coup d’Etat visant le président de la République, Beji Caid Essebsi. « J’ai déposé une plainte contre le chef du gouvernement Youssef Chahed auprès de la justice militaire pour planification d’un coup d’Etat visant la président de la République, et j’attends une convocation de la part du tribunal militaire pour m’expliquer davantage, et je suis témoin de ce qui s’est passé » avait déclaré Riahi il y a une semaine.

« Le coup d’Etat est en cours, il y a eu des changements au niveau du parlement, des changements auraient pu avoir lieu au sein du parti au pouvoir Nidaa Tounes, mais ils ont été avortés. Aujourd’hui, des mafias sont au pouvoir. La situation est très dangereuse et l’affaire est très grosse, ils recourront à des groupes armés si le projet actuel n’aboutit à rien » avait-il déclaré.

Slim Riahi en fuite ?

Son avocat, Me Taïeb Bessadok n’a pas voulu révéler la date de la comparution de Slim Riahi devant le juge d’instruction militaire pour préserver son intégrité physique, compte tenu de la sensibilité de l’affaire et a démenti la fuite de son client à l’étranger, indique l’agence TAP.

Le 26 novembre, le procureur de la République près le tribunal militaire permanent de première instance de Tunis, a ordonné l’ouverture d’une enquête préliminaire après la plainte déposée par le secrétaire général de Nidaa Tounes, Slim Riahi.

Le Procureur général de la direction de la justice militaire a indiqué qu’il sera procédé à « la vérification de la véracité de ces allégations », affirmant que « la justice militaire est indépendante et neutre et se tient à égale distance de toutes les parties ».

Une manœuvre pour échapper aux affaires intentées par le CA ?

Toutefois, selon l’avocat Lazhar Akremi, l’un des présumés suspects, « Slim Riahi s’est échappé à l’étranger, car la plainte qu’il a déposée est fallacieuse et montée de toutes pièces ». Le dépôt de cette plainte n’est qu’une manœuvre de Riahi pour échapper aux affaires intentées à son encontre par le Conseil d’administration du club sportif (Club Africain), avait-il ajouté.

Me Bessadok a souligné que son client va présenter à la justice militaire toutes les preuves qui sont en sa possession et qui vont étayer cette plainte.

Selon lui, « un témoin de nationalité libyenne était présent lors de la discussion qui avait eu lieu en juillet 2018 entre Slim Riahi et Lazhar Akremi et qui avait porté sur la planification d’un complot. Ce témoin est prêt à livrer son témoignage à ce sujet ».

Le Secrétaire général du mouvement Nidaa Tounes, Slim Riahi, avait déclaré le 23 novembre 2018 avoir déposé une plainte auprès du Tribunal militaire de première instance de Tunis contre le chef du gouvernement, Youssef Chahed, l’avocat Lazhar Akremi, l’ancien chef de cabinet de la présidence de la République, le Conseil médiatique auprès du chef du gouvernement et le directeur général de la garde présidentielle pour tentative de coup d’Etat.

Selon Slim Riahi, « le chef du gouvernement Youssef Chahed et ses acolytes sont accusés de tentative de mise au pas de Nidaa Tounes et d’éviction du président de la République, Béji Caïd Essebsi, en faisant appel à l’article 88 de la Constitution pour nommer à sa place le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi », avait-il ajouté.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo