Chansons démodées contre l’UGTT !

Chansons démodées contre l’UGTT !

Par - Tunis-Hebdo

Nos politicards tocards, ceux qui nous gouvernent en tête, nous ont abreuvés de stupideries à l’occasion de la toute récente grève de la fonction publique.

Tout d’abord, ils ont remis au goût du jour cette chanson démodée du syndicat «khobziste» qui ne devrait avoir aucune relation avec la politique, faisant semblant d’ignorer l’essence, la naissance et la longue histoire de l’UGTT, en particulier, et du syndicalisme en général à l’échelle mondiale.

Ont-ils donc oublié pourquoi Hached a été assassiné et les Tlili, Ben Salah, Achour par le régime de Bourguiba persécutés, maltraités ou emprisonnés. Pour les besoins de la cause évidemment, la mémoire a été, pour quelque temps, stoppée !

Deuxième chanson au hit-parade : l’UGTT est la cause de tous les maux du pays : la décroissance, l’inflation, l’instabilité gouvernementale, la faillite économique et financière, et j’en passe…

Certains sont même revenus au fameux «bâton dans la roue» de la défunte «troika» et ont trouvé dans la centrale syndicale la feuille de vigne idéale pour cacher leur nullité (leur nudité ?). Le mensonge est trop grand pour être cru, sauf, bien sûr, pour ceux qui veulent bien y croire, par calcul ou par naïveté.

«L’UGTT nid de corruption» est la troisième chanson que l’on nous sort, chaque fois qu’elle entre en conflit avec le gouvernement. Sans preuves bien sûr, sans citer des noms !

Une accusation vague et généralisée pour jeter l’opprobre sur la centrale syndicale dans sa totalité, même s’il y a des cas isolés que la direction de l’UGTT s’est dit prête à traiter si on les désigne franchement du doigt. Mais il est clair que le souci de ces apprentis accusateurs est plus de nuire à l’image de l’UGTT que de lutter contre la corruption, cette même corruption contre laquelle ils ne font rien à l’échelle de tout un pays, s’ils ne flirtent pas franchement avec elle au sein de leurs partis !

Toutes ces basses manœuvres, et bien d’autres encore, on les avait crues mortes et enterrées après un certain 14 janvier, mais voilà que des politicards tocards, et à court d’arguments politiques en conséquence, font revivre les anciennes pratiques «destouriennes» et les RC Distes d’un temps apparemment révolu, mais qui semble avoir la peau dure, avec déjà, le retour au gouvernement de figures marquantes du RCD !

Mais je dois avouer que les propagandistes d’aujourd’hui font mieux que leurs prédécesseurs ! Avec des journaux électroniques à leur solde (Vive l’argent de la Grande-Bretagne !) et les bandes facebookiennes mercenaires à leur service, ils ont pour leur communication des moyens que n’avaient pas les autres.

Mais ils ont surtout dépassé ces derniers en goujaterie et en bassesse, avec l’insulte et la diffamation en armes fatales.

Ce qui me fait le plus mal au cœur dans cette affaire, c’est que des confrères que j’estimais sont tombés dans leurs journaux électroniques au niveau des voyous du Facebook, vendant leur âme au diable et au gouvernement, pour je ne sais quel intérêt sordide, et n’ayant aucune vergogne à écrire ou à faire écrire à d’illustres inconnus, et néanmoins mercenaires, des articles honteux, non pas parce qu’ils critiquent l’UGTT ou d’autres adversaires du chef du gouvernement, y compris le président de la République, mais pour la manière basse et infâme dont ils se prennent dans cette pseudo-critique.

C’est à mourir de honte pour eux et pour tous les gens du métier !

Adel LAHMAR
Tunis-Hebdo du 26/11/2018

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo