Tunisie : Quels sont les services publics qui ne sont pas concernés par la grève générale

La grève générale dans la fonction publique décrétée par l’Union Générale Tunisienne du Travail aura donc bien lieu, ce jeudi 22 novembre 2018. Noureddine Taboubi, secrétaire-général de l’UGTT, l’a qualifiée de « rassemblement populaire » dans une interview sur Nessma TV dans la soirée de ce mercredi.

Selon lui, il s’agira avant tout d’une « fête de militantisme » pour revendiquer les droits des travailleurs de la fonction publique dont le pouvoir d’achat est devenu faible.

Prévue devant le siège de l’ARP, cette grève qui a été finalement maintenue en raison de l’absence de négociations entre l’UGTT et le gouvernement concernant les augmentations salariales dans la fonction publique, inquiète les citoyens qui ne savent pas à quel saint se vouer.

En effet, jusqu’à une heure tardive d’aujourd’hui, beaucoup d’usagers des transports en commun ne savaient pas encore s’ils pourront compter sur le métro ou le bus.

Qu’ils soient rassurés, les transports publics ne seront pas immobilisés. Les sociétés nationales et régionales de transport et les entreprises et établissements opérant sous la tutelle du département, assureront normalement, jeudi, le transport des citoyens.

Idem pour les services de la Poste qui ne seront pas affectés par la grève. Ce n’est pas le cas de l’enseignement puisque les cours seront perturbés demain. Les cours seront ainsi suspendus dans tous les établissements scolaires et universitaires suite à une décision commune prise par les ministères de l’Education et de l’Enseignement supérieur.

Cette grève générale concernera surtout les agents des ministères, et des administrations mais les urgences et les services vitaux dans le secteur de la santé seront assurés.

Par ailleurs, l’UGTT ne va pas se contenter de cette grève générale et compte bien durcir le ton tant que ses revendications ne sont pas satisfaites.

Selon le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi, le comité administratif national de la Centrale syndicale va se réunir ce samedi 24 novembre pour décider des actions qui seront prises afin d’obtenir les augmentations salariales dont le gouvernement refuse de négocier.

« Il n’y a rien de nouveau en ce qui concerne les négociations salariales dans le fonction publique et aucune réunion n’a été fixée », avait indiqué l’UGTT, samedi dernier.

Samedi, les fonctionnaires s’étaient déjà rassemblés à la Place Mohamed Ali, devant le siège de l’UGTT.

Rappelons que la grève générale dans la fonction publique est maintenue depuis l’annonce faite par l’UGTT le 23 octobre dernier et que le gouvernement n’a toujours pas invité l’UGTT à une séance de négociations.

Il faut rappeler que le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi, avait déjà annoncé, le 1er novembre, que la grève générale du secteur de la fonction publique était toujours maintenue.

Le 23 octobre, l’UGTT a lancé un préavis d’une grève générale dans la fonction publique pour le 22 novembre prochain.

Ce préavis a été lancé alors quel la grève générale prévue le 24 octobre après la signature d’un accord avec le gouvernement sur les augmentations salariales dans le secteur public, ait été annulée par l’UGTT.

Commentaires: