Point d’Orgue – Un monde de cons !

Dans ce monde pourri de la politique, comme par ailleurs dans tous les autres domaines de la vie, il y a, comme vous n’êtes pas sans le savoir, une population de cons que les statisticiens ne peuvent compter, surtout qu’il est difficile de les différencier des faux cons, qui, bien sûr, n’ont rien à voir avec ce majestueux rapace.

A défaut de les dénombrer, on peut toujours tenter de les classifier, empiriquement sans doute, parce que l’étude de la connerie n’est pas encore érigée en science. Une science que l’ont pourrait (tiens !) nommer «conscience» ! Dans un premier essai de taxonomie, nous nous permettons de vous proposer les catégories suivantes :

– Les conservateurs : ils vous servent, au nom de la tradition et de la stabilité, des conneries vieilles comme le temps, pour vous garder à l’état de con où vous êtes (hachakom !).

– Les continuateurs sont des cons par hérédité naturelle ou politique. Cela fait partie de leur tradition familiale ou partisane d’être cons et ils n’y peuvent rien.

– Les concepteurs, sont, par contre, les créatifs de la connerie. Ils se prennent pour des génies de la politique et ne doutent jamais de leurs capacités congénitales.

– Les constants sont des cons dans la continuité. Ils ne changent jamais, et on les aime bien dans les partis, d’autant qu’ils sont également d’éternels con…sentants.

– Les conséquents sont des cons qui s’acceptent en tant que tels et sont en parfaite harmonie avec leur état de cons : «Je suis con et je le sais, je suis con et je l’assume».

– Les consensuels : ces cons n’ont rien à voir avec la sensualité, mais ils trouvent généralement d’autres cons avec lesquels ils peuvent partager l’essence de leur connerie.

– Les comploteurs et les conspirateurs : ces cons tapis dans l’ombre, on ne découvre leur connerie que lorsqu’ils ratent leur coup. Le con caché devient alors un con cassé.

– Les confiants sont des cons qui ne doutent pas un instant de leur connerie. C’est de cette matière que se nourrit, malheureusement, notre «cadership», comme diraient d’autres.

– Les incompétents : ils ne pètent pas le feu lorsqu’il s’agit d’intelligence, mais ils sont toujours là pour péter plus haut que leur (but de l’autocensure).

– Les conteurs sont comme des compteurs de la Sonede : ils vous débitent une matière incolore, inodore et sans saveur.

– Les conseilleurs et conseillers : ce sont des cons qui viennent au secours de plus cons qu’eux, pour leur faire dire des conneries qu’ils croient réussir à communiquer à d’autres cons.

– Les compilateurs sont ceux qui accumulent connerie sur connerie lorsqu’ils s’adressent au public. Ils comptent souvent sur des commentateurs (cons menteurs ?) professionnels pour ajuster leurs bourdes.

Tous ces cons, et d’autres encore que je vous laisse imaginer, constituent un monde de concurrents, où l’on se surpasse en connerie : plus con que moi, tu meurs !

Adel LAHMAR
Tunis-Hebdo du 05/11/2018

Commentaires: