Au lendemain d’un attentat terroriste, les Tunisiens refusent de céder à la...

Au lendemain d’un attentat terroriste, les Tunisiens refusent de céder à la peur !

Par -
Tunis, au lendemain d’un attentat terroriste | CP : Webdo.tn

Au matin de ce mardi 30 octobre 2018, le lendemain d’un attentat terroriste en plein cœur de la capitale Tunis, la vie a repris normalement à l’Avenue Habib Bourguiba, les commerces sont ouverts, les piétons et les véhicules sont nombreux à circuler et les préparatifs pour les JCC se poursuivent.

A 10h du matin, à l’avenue Habib Bourguiba, théâtre d’un attentat terroriste faisant 20 blessés dont 15 sécuritaires, les citoyens, conscients de la menace terroriste qui persiste, n’ont pas modifié leurs comportements quotidiens. Les visages sont gaies, des rires par ici et par là, les passants font comme si de rien n’était.

Et même à l’endroit où la femme-kamikaze s’est faite exploser, l’activité des citoyens est plus que normale, à l’exception de quelques regards curieux face à une présence sécuritaire hors du commun.

En effet, une vingtaine de véhicules policiers et des dizaines d’agents de police, armés, se positionnent dans tous les coins et recoins de l’Avenue Habib Bourguiba, sans pour autant procéder à des fouilles.

Si, trois ans après ce qui était un effrayant cycle d’attentats, le risque semble s’être atténué en Tunisie, la menace terroriste reste bien présente dans l’esprit des Tunisiens. Pourtant, ils refusent de céder à la peur, un objectif majeur des terroristes, et insistent à ce que leur vie quotidienne se poursuive normalement.

Car au lendemain d’un attentat terroriste spectaculaire, le rythme de vie a repris à Tunis, qui malgré les vacances scolaires, est bondée de monde. Les cafés, salon de thé et commerces sont en activité normale, mais on peut le sentir, l’attention des passants est vive.

« Ils veulent que notre vie s’arrête, mais non nous nous céderons jamais à la peur, nous vaincrons le terrorisme, car nous sommes unis, car la Tunisie est une terre de paix et de tolérance », s’exprime une femme, venue comme toujours, pour faire ses courses au marché central de Tunis.

A l’image de cette femme, ils sont nombreux les citoyens qui ont poursuivi leur vie quotidienne au matin de ce mardi, pourtant la veille, la Tunisie a frôlé la catastrophe. Le sentiment de peur est bien présent mais les Tunisiens semblent l’avoir en quelque sorte intégré, refusant de changer en profondeur leurs modes de vie et de céder à la peur.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo