Crabe bleu : Quand la Tunisie transforme la menace en opportunité

Crabe bleu : Quand la Tunisie transforme la menace en opportunité

Par -
Illustration

Le Crabe bleu, était, il y a quelques temps, considéré comme étant le premier ennemi des pêcheurs tunisiens. Pour cause, il leur inflige d’énormes dégâts notamment pour leur filets.

Mais aujourd’hui, la situation est tout autre, cette sorte de crustacé est devenue une opportunité pour ces marins.

En effet, Les pêcheurs du sud tunisien ont surnommé ce redoutable prédateur marin « Daech », mais, désormais, le crabe bleu est à son tour en train de devenir une proie, après la mise en place d’une politique d’Etat pour encourager la pêche et l’exportation des crabes.

Jamel Ben Jemaa Zayoud, pêcheur sur l’île de Djerba, a expliqué a l’agence AFP, comment ces crabes ont considérablement nui à leur activité. « Ces crabes sont rapidement devenus une malédiction (…). Ils dévorent les bons poissons, daurade, loup, rouget et cisaillent les filets. Le crabe est très malin, il fait bien le tri entre les poissons avant de les dévorer et, s’il en reste dans les filets, il les coupe avec ses pinces », dit-il.

Mais aujourd’hui, des pêcheurs ont été formés pour attraper ce crabe et le ministère de l’Agriculture subventionne le prix d’achat: pour un kilo pêché et vendu en moyenne 1,8 dinar, L’État verse 600 à 800 millimes supplémentaires, explique ladite agence.

En effet, la pêche du crabe bleu est désormais valorisée et aidée et les pêcheurs s’y adonnent. La Tunisie a produit 1.450 tonnes de crabe bleu sur les sept premiers mois de 2018, selon le ministère de l’Agriculture, pour une valeur de neuf millions de dinars.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo