La Tunisie s’active contre le gaspillage alimentaire

Illustration

La Tunisie s’active pour limiter le phénomène du gaspillage alimentaire. Un atelier pour l’élaboration d’une charte nationale pour la lutte contre le gaspillage alimentaire sera organisé, les 18 et 19 septembre 2018, à Hammamet, à l’initiative de l’Institut national de la consommation (INC) avec le soutien de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Selon un communiqué de la FAO, cité par l’agence TAP, « l’idée d’une charte pour la lutte contre le gaspillage alimentaire vise à regrouper l’action de plusieurs structures et départements, public, privés ainsi que de la société civile autour des mêmes enjeux et à mobiliser de façon optimale les ressources ».

Toujours selon la même source, la charte comprendra des engagements et des objectifs communs qui vont guider l’action de tous les intervenants, selon leur domaine d’activité. Elle constituera la base pour un plan d’action commun qui va être évalué d’une manière permanente afin de déterminer les échecs et les réussites.

Selon la FAO, le gaspillage alimentaire (GA) en Tunisie, surtout des produits céréaliers, est une question horizontale qui mobilise plusieurs intervenants et plusieurs structures. En effet, le GA n’est pas lié aux ménages seulement, mais aux établissements publics (restaurants universitaires, hôpitaux, casernes,), et aux structures privées (grandes surfaces, restaurants privées, hôtels, cliniques,….).

Selon l’Institut National de la Consommation (INC), le gaspillage alimentaire coûte à chaque tunisien en moyenne 64 dinars par mois, soit 18% du total des dépenses alimentaires (364 dinars/mois).

Ainsi, 3,8% des enquêtés par l’INC affirment utiliser les restes alimentaires dans la préparation d’autres plats, 22% consomment la totalité de leurs plats tandis que 70% de l’échantillon jettent les aliments ou les donnent à leurs animaux.

Selon l’enquête, réalisée en 2016, le pain figure en première position parmi les produits gaspillés par les Tunisiens, avec un taux de 16% des pains achetés, suivi par les céréales (10%), les légumes (6,5%), les fruits (4%), le lait et ses dérivés (2,3%) et les viandes (2%).

Commentaires:

Commentez...