JCC 2018 – Neuf films tunisiens en compétition officielle

JCC 2018 – Neuf films tunisiens en compétition officielle

Par -

Logo des JCC 2018
La 29ème édition des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) se déroulera du 3 au 10 Novembre 2018.

Le 15 Août 2018 était le dernier délai des inscriptions de films pour la compétition officielle. La direction des JCC a reçu un nombre total de 433 films (longs-métrages, courts-métrages, fictions et documentaires) répartis comme suit:
– Longs-métrages : 123 dont 16 longs-métrages tunisiens;
– Courts-métrages : 310 dont 45 courts-métrages tunisiens;
– Nombre de pays : 37 pays: 16 pays arabes et 21 pays africains.

Parmi les 61 films tunisiens présentés, 9 seront en compétition officielle.

Trois longs métrages de fiction:

– Mon cher enfant (Weldi) du réalisateur Mohamed Ben Attia, production Nomadis Images.

Affiche du film Weldi de Mohamed Ben Attia
Affiche du film Weldi de Mohamed Ben Attia

Synopsis :
Riadh s’apprête à prendre sa retraite de cariste au port de Tunis. Avec Nazli, il forme un couple uni autour de Sami, leur fils unique qui s’apprête à passer le bac. Les migraines répétées de Sami inquiètent ses parents. Au moment où Riadh pense que son fils va mieux, celui-ci disparaît.

La première mondiale de Mon cher enfant avait eu lieu en mai dernier à Cannes dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs où il avait reçu un excellent accueil.

Ce film est également sélectionné en compétition officielle de la deuxième édition du Festival du Film d’El Gouna (GFF) qui va se dérouler du 20 au 28 Septembre 2018. Lors de cette même édition, un hommage sera rendu à Dora Bouchoucha pour l’ensemble de son œuvre.

Regarde-moi du réalisateur Nejib Belkadhi, produit par Propaganda Productions.

Regarde-moi de Nejib Belkadhi
Regarde-moi de Nejib Belkadhi

Synopsis :
Le film raconte l’histoire de Lotfi, un immigré tunisien qui vit en France, contraint de retourner en Tunisie pour prendre soin de son enfant autiste.

La première mondiale de ce film a eu lieux lors du Festival International du Film de Toronto (TIFF), où il a eu un excellent accueil.

Regarde-moi fait également partie de la sélection officielle du Festival du Film de Los Angeles. Il sera projeté le 22 septembre 2018 en présence de Nejib Belkadhi et de l’acteur principal Nidhal Saadi.

La sortie nationale de ce film est prévue pour  le 11 novembre 2018.

Fatwa du réalisateur Mahmoud Ben Mahmoud, production Arts Distribution.

Synopsis
Brahim Nadhour, un tunisien installé en France depuis son divorce, rentre à Tunis pour enterrer son fils Marouane, mort dans un accident de moto. Il découvre que Marouane militait au sein d’une organisation salafiste et décide de mener son enquête pour identifier les personnes qui l’ont endoctriné. Peu à peu, il en vient à douter des circonstances de sa mort.

Quatre courts-métrages de fiction:

Ikhwène (Brotherhood) de la réalisatrice Meryam Joobeur, production Cinetelefilms.

Affiche du film Ikhwène
Affiche du film Ikhwène

Synopsis:
Mohamed est un berger endurci qui vit dans la campagne tunisienne avec sa femme et ses deux fils. Sa vie est ébranlée lorsque son fils aîné, Malik, revient secrètement de Syrie avec une nouvelle épouse nommée Rym, une mystérieuse Syrienne qui porte le niqab. La mère et les jeunes frères de Malik sont prompts à accepter le retour de Malik, mais Mohamed est mal à l’aise avec sa présence et son influence radicale potentielle sur la famille. La tension entre le père et le fils s’étend sur trois jours jusqu’à ce qu’il atteigne un point de rupture.

Ikhwène a remporté le Prix du meilleur court métrage canadien lors de la 18ème édition du Festival International du Film de Toronto.

Astra de la réalisatrice Nidhal Guiga, production Nomadis Images.

Affiche du court métrage Astra
Affiche du court métrage Astra

Synopsis:
Une famille tourmentée à cause de leur fille atteinte de trisomie 21. La mère est froide et distante avec sa progéniture, le père (joué par Nejib Belkadhi) est dévoué à sa fille. Il décide de l’emmener à un parc d’attractions « Astra ». Ils vont à Astra contre l’avis de sa femme, qui préfère cacher l’existence de sa fille par honte.

Trailer Astra

Publiée par Astra- Court métrage-Tunisie sur Vendredi 19 janvier 2018

 

Le fleuriste du réalisateur Chamakh Bouslama, production indépendante.

Au bout du fil du réalisateur Faouzi Djemal, production Madbox.

Un long-métrage documentaire:

Tranche de vie du réalisateur Nasreddine Shili, production Dionysos.

Un court-métrages documentaire:

Soufisme du réalisateur Younes Ben Hajria, production Concept Studio.

 

Par ailleurs, la session 2017 des Journées Cinématographiques de Carthage avait introduit une nouvelle section « FOCUS » qui met en avant chaque année, quatre pays représentant l’Afrique sub-saharienne, le monde arabe, l’Asie et l’Amérique latine redonnant au festival sa dimension tri-continentale, voulue lors de sa fondation, confirmant ainsi sa vocation de festival du Sud.

Pour la session 2018, l’expérience se renouvellera et c’est le Sénégal, l’Irak, l’Inde et le Brésil qui seront les pays invités d’honneur.

Ces 4 pays seront présents avec leurs riches cinématographies (des films classiques et récents) mais également avec leur culture sous toutes ses formes et participeront aux activités événementielles et festives qui égaieront l’avenue Habib Bourguiba.

C’est ainsi que par exemple, la Troupe Nationale des Arts Populaires irakienne et le Ballet National du Sénégal se produiront à Tunis.

Pou l’Histoire, on peut rappeler que le premier Tanit d’Or des JCC a été attribué en 1966 à Sembène Oussman pour La Noire de… et que Sembène fut le compagnon de route de Tahar Cheriaa, fondateur des JCC.

La Noire de....
« La Noire de…. », premier Tanit d’Or de l’histoire des JCC. 

Neïla Driss

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo

Amr Waked et Khaled Abol Naga à Washington