Le rêve brisé d’Aymen Abdennour

Le rêve brisé d’Aymen Abdennour

Par - Tunis-Hebdo

Alors qu’il n’a pas encore atteint la trentaine, Aymen Abdennour, le robuste défenseur tunisien, vit depuis une année une traversée du désert que personne ne lui aurait prévue. La saison 2017-2018 est sans doute à marquer d’une pierre noire pour le natif de Sousse tant il est vrai qu’elle fut pour lui un échec sur toute la ligne.

Cela avait commencé voici un an, presque jour pour jour, lorsque devenu indésirable, le club espagnol de Valence FC décide de le céder à l’Olympique de Marseille, sous forme de prêt. L’expérience ibérique commencée avec beaucoup de promesses se révèle courte et moins prometteuse que ne l’avait laissé entendre la presse sportive, de façon presque unanime.

C’est surtout la seconde saison qui fut pour notre défenseur malheureuse, ponctuée de blessures et de perte de confiance. Le transfert d’Abdennour au club phocéen était, par ailleurs, accompagné de beaucoup d’espoir et considéré même comme l’étape idoine qui devait relancer sa carrière et lui permettre de retrouver confiance et sensation. Mais c’était sans compter sur l’acharnement du sort dont notre libéro national sera victime.

Avec une blessure contractée dès le premier match, la saison démarre pour lui sous de mauvais auspices. En dépit de son courage, Abdennour aura toute la peine du monde à reprendre du poil de la bête. Très peu utilisé, l’ancien Etoilé fera des apparitions intempestives au Vélodrome. Ses déboires continuent avec une absence dans la liste des Aigles de Carthage, dressée par N. Maâloul pour le Mondial de Russie qu’il suivra comme monsieur tout le monde devant son poste de télévision. Cette non-convocation synonyme pour lui d’une humiliation achève de donner à l’année 2017-2018 l’allure d’une saison en enfer.

L’été porte conseil à Aymen Abdennour qui, animé par une grande volonté, ne baisse pas les bras et déploie toute son énergie pour décrocher une place de titulaire, sinon de remplaçant. Dans un entretien accordé au quotidien L’Equipe, il déclare : « Je veux continuer et prouver mes qualités. » Les matches amicaux auxquels il participe ne convaincront hélas pas son entraîneur Rudi Garcia.

Pour le premier match du nouvel exercice, joué vendredi dernier au Vélodrome, Aymen Abdennour ne figure même pas dans la liste. Est-ce à dire qu’il n’a plus sa place à l’OM et qu’il est devenu, pour ainsi dire, encore une fois indésirable ?  Rien n’est moins sûr et les semaines qui viennent apporteront des éléments de réponse à la carrière de notre libéro national, aujourd’hui plus que jamais en mauvaise passe.

Que s’est-il donc passé pour que le rêve d’Abdennour et de ses fans se transforme en cauchemar et se brise ? Souvenons-nous des saisons exceptionnelles passées à Toulouse qui lui vaudront un transfert historique au FC Monaco où le solide défenseur réussira une saison sensationnelle. Les bruits couraient, alors, ici et là quant au désir des grands clubs d’Europe de l’enrôler. La Juve, le Real Madrid, Barcelone, Liverpool, etc., l’auraient suivi de près et inscrit sur leurs tablettes.

Nous connaissons la suite. Une expérience courte et peu reluisante à Valence. Et aujourd’hui plane sur le devenir de Aymen Abdennour une grande incertitude… Qui aurait cru que le très sérieux Abdennour serait soumis aux aléas et aux exigences impitoyables du football professionnel alors que tout le monde le prédestinait il y a peu à une brillante carrière dans le football de très haut niveau ?

Décidément rien n’est jamais acquis au footballeur. Aussi talentueux, aussi sérieux soit-il. A méditer…

Abbès BEN MAHJOUBA

Tunis-Hebdo du 13/08/2018

Commentaires: