Une nouvelle fois, des athlètes « israéliens » causent l’annulation d’événements sportifs en Tunisie

Une nouvelle fois, des athlètes « israéliens » causent l’annulation d’événements sportifs en Tunisie

Par -

La Fédération Internationale de Judo (FIJ) a annoncé, la suspension du Tunis Grand Prix, et ce à cause d’une « discrimination » à l’encontre des judokas israéliens.

Dans un communiqué rendu public hier, dimanche, la FIJ a fait savoir qu’en plus de l’événement tunisien, le Grand Slam d’Abu Dhabi sera également suspendu à cause de la même raison, évoquant l’article 1.2 : «La FIJ ne doit pas faire de discrimination fondée sur la race, la religion, le sexe ou l’opinion politique».

« La Fédération Internationale de Judo est consciente que la situation et les incidents enregistrés sont dus à un contexte politique et historique complexe et compliqué, mais nous croyons fermement que la politique ne devrait pas interférer dans le sport et que le sport devrait être le reflet du respect humain », écrit-on.

La FIJ indique qu’elle a demandé une confirmation officielle de la part des deux gouvernements concernés, portant sur la garantie pour assurer la participation « libre et légale de toutes les nations », mais qu’aucune réponse positive n’a été reçue.

Rappelons qu’il y a quelques mois, le Comité national de soutien à la résistance arabe et de lutte contre la normalisation avec le sionisme, avait intenté un procès par le biais de deux avocats, à l’encontre du président de la Fédération Tunisienne de Taekwondo et président du comité d’organisation du championnat junior du monde de Taekwondo à Hammamet, Ahmed Gaâloul, et ce pour avoir invité quatre taekwondoïstes israéliens à l’événement.

Finalement, pour pouvoir rester en lice pour l’organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2022, la Tunisie aurait accepté d’accueillir des sportifs israéliens.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo