Une finale indécise : Deuxième étoile pour la France ou coup d’éclat croate ?

Les paris sont ouverts pour la finale de la Coupe du monde de football. Qui de la France ou de la Croatie remportera le trophée si convoité ?

Les Tricolores inscriront-ils leur nom une seconde fois au palmarès de la coupe suprême ?
Les Croates rejoindront-ils au Panthéon du ballon rond leurs prestigieux prédécesseurs : Uruguay, Brésil, Italie, Allemagne, Argentine, Espagne, Angleterre qu’ils ont dominé en demi-finale et France qu’ils affrontent aujourd’hui ?

C’est sur le pré que la décision se fera et si la tradition et l’histoire plaident pour l’équipe de France, les Bleus de Didier Deschamps ne sont pas à l’abri d’une surprise, à l’image du mauvais sort que lui avait fait subir la Bulgarie de Kostadinov.

Toutefois, le onze français semble gonflé à bloc et son match contre la Belgique est là pour nous rappeler que la rigueur défensive est aussi l’apanage de cette équipe qui sait gagner.

De plus, le match de référence entre les deux équipes plaide pour les Français qui, grâce à Lilian Thuram, l’avaient emporté par 2 à 1 sur les Croates en demi-finale de la Coupe du monde en 1998.

Ascendant français, il est vrai, encore faudrait-il se méfier d’une Croatie capable de tout et jouant le match le plus important de sa jeune histoire.

On a tendance à l’oublier, la sélection croate n’a été créée qu’en 1991. Auparavant, les Croates portaient comme les Serbes, le maillot de la Yougoslavie unifiée.

Par ailleurs, la Croatie n’est affiliée à la FIFA que depuis 1993. La sélection croate n’a joué son premier match officiel qu’en 1996, pour les éliminatoires de l’Euro.

Depuis, l’équipe a fait bien du chemin. Troisième en 1998, la Croatie a depuis participé à cinq phases finales, sur sept possibles, de la Coupe du monde (1998, 2002, 2006, 2014, 2018).

Statistiquement, il s’agit de l’une des équipes les plus présentes et performantes en tournoi final de la Coupe du monde. La Croatie pourrait confirmer cette courbe ascendante aujourd’hui et ses joueurs mériter ce qualificatif de « Brésiliens de l’Europe » qui est le leur.

A l’opposé de ces chiffres, la Croatie a du passer par des barrages contre la Grèce pour être présente en Russie.

De plus, l’équipe ne figure qu’à la vingtième place du classement FIFA et a du passer trois fois par des prolongations durant le tournoi final.

Enfin, on compare déjà l’épopée croate au coup du Danemark pour l’Euro 1992. On se souvient qu’après avoir été miraculeusement repêchés, le Danois avaient remporté le titre et ensuite la Coupe des Confédérations.

Cette comparaison avec le Danemark pourrait d’ailleurs donner des ailes aux Croates et l’ascendant psychologique d’un outsider aux dents longues face au favori français.

La finale promet en tous cas d’être ouverte et plaisante entre les successeurs de Zidane et ceux de Davor Suker.

Que le meilleur gagne !

Commentaires: