Du nouveau dans l’affaire Nouhe Bchiny

Nouhe Bchiny, photo Facebook

Son histoire a tellement pris de l’ampleur que les rumeurs se sont multipliées et les versions commencent à différer.

Nouhe Bchiny affirme qu’elle a été enfermée dans l’hôpital psychiatrique d’Al-Razi vu ses orientations religieuses et son mode de vie.

Tout a commencé lorsque la jeune avait mis en ligne, depuis sa chambre à l’hôpital Razi, un post Facebook pour raconter comment elle s’est retrouvée, depuis deux jours parmi les malades psychiatriques alors qu’elle est saine d’esprit, à cause de son athéisme. Une version qui a été appuyée par l’avocat Alaa Khemiri qui affirme à son tour que c’est le père qui est derrière l’affaire.

Hier vendredi 13 juillet le même avocat confirme que sa cliente est toujours admise à l’hôpital d’Al-Razi et que le comité de défense œuvre toujours pour la faire sortir de cet établissement public, une contre expertise est requise, a-t-il publié sur son compte Facebook.

Dans la foulée, une autre version commence à surgir, soutenue par des témoignages issus de l’entourage de sa famille. Selon ces témoignages, la jeune tunisienne souffre bel et bien d’un état psychique « inquiétant » qui pourrait justifier son admission à cet hôpital.

D’ailleurs Cyrine Ben Said Saffar, résidente en psychiatrie, à l’hôpital d’Al-Razi confirme cette version. « L’hospitalisation d’office de la jeune fille Nouha a été confirmée aujourd’hui par d’éminents professeurs en psychiatrie à Razi.

Ceci prouve la nécessité, ainsi que l’urgence, de sa prise en charge sous contrainte. » a-t-elle posté sur Facebook.  » Les tentatives de renforcer ou d’exagérer son refus des soins ne sont pas favorables à son bon rétablissement » a-t-elle encore dit.

Résumé; la concernée affirme qu’elle fait face à une admission de force à l’hôpital d’Al-Razi vu ses orientations religieuses et son mode de vie. D’autre part, certains, dont des médecins, soulignent le fait que l’état psychique de Nouhe exige obligatoirement son hospitalisation.

Affaire à suivre…

Commentaires: