Abderrahim : « Je défendrai mon droit total de briguer le poste de maire de la capitale »

Souad Abbderahim

Souad Abderrahim, candidate du mouvement Ennahdha au poste de maire de Tunis, a déclaré hier vendredi 22 juin à l’agence TAP qu’elle est “toute à fait prête pour servir la municipalité de la capitale et à donner le plus escompté afin pour promouvoir les affaires locales”, affirmant qu’elle allait défendre son “droit total à briguer le poste de maire abstraction faite de toutes les interprétations formelles du poste”.

Elle a indiqué dans ce sens que ce qui motive sa candidature est de “servir le pays et améliorer la réalité des affaires de la municipalité de Tunis”. “La municipalité de Tunis mérite les sacrifices de tous pour rapprocher les services aux citoyens et rétablir leur confiance envers les institutions représentatives”, a-t-elle affirmé.

Ahmed Bouazzi, tête de liste du courant démocratique, a annoncé lui aussi son intention de briguer le poste de maire de la capitale, affirmant que son parti “dispose de son programme d’action et défendra son contenu par le biais d’un candidat du courant démocratique”.
Il a précisé qu’en cas d’un arbitrage entre une candidate d’Ennahdha et un candidat de Nidaa Tounes il s’abstiendra de voter et n’accordera pas sa voix à aucun des deux candidats.

Le parti Nidaa Tounes serait en train de former une coalition avec L’Union Civile et le Front Populaire à la circonscription de Tunis 1, suite aux derniers résultats des Municipales, pour contrer Souad Abderrahim, la candidate d’Ennahdha, qui ambitionne de devenir la première femme maire de Tunis.

Il faut rappeler que la candidature de Abderrahim au poste de Maire de Tunis avait créé la polémique.  Le parti Nidaa Tounes serait en train de former une coalition avec L’Union Civile et le Front Populaire à la circonscription de Tunis 1, pour contrer Souad Abderrahim, la candidate d’Ennahdha, qui ambitionne de devenir la première femme maire de Tunis.

Nidaa avec ses 18 conseillers élus projette en effet de former une coalition avec l’Union Civile, 7 conseillers, et le Front Populaire, 4 conseillers, pour contrer la majorité d’Ennahdha dans cette coalition (avec 20 conseillers) qui planifie à son tour de former des coalitions avec d’autres listes pour renforcer sa majorité.

Wissem Saidi, leader au sein du parti Nidaa Tounes, a confirmé que suite à ces coalitions en vue, c’est Kamel Idir, tête de liste de Nidaa Tounes à Tunis 1 , qui sera le maire de Tunis à l’issue de ces coalitions.

Commentaires: