Lotfi Brahem préparait « un coup d’Etat » avec les Emiratis, selon un journaliste...

Lotfi Brahem préparait « un coup d’Etat » avec les Emiratis, selon un journaliste français

Par -

Le limogeage du ministre de l’Intérieur Lotfi Brahem n’est pas passé inaperçu en Tunisie, comme à l’étranger. Récemment le journaliste français Nicolas Beau, a affirmé dans un article publié sur Mondafrique que Brahem préparait un coup d’Etat, qui a fini par sa révocation.

Capture d’écran

Titré « Tunisie, l’alliance ratée des Emiratis avec Lotfi Brahem », l’article raconte comment Brahem aurait fait alliance avec des parties émiraties pour faire « un coup d’Etat » à la douce comme c’était le cas le 7 novembre 1987.

En effet, selon le journaliste, le plan de Brahem était très semblable à celui de Ben Ali à l’issue duquel il a pris le pouvoir en 1987 : « Révocation du Premier ministre, Youssef Chahed ; possible nomination à la tête du gouvernement de l’ancien ministre de la Défense de Ben Ali, Kamel Morjane ; mise à l’écart finalement du président Beji lui même, pour raisons médicales. »

Des renseignements étrangers

L’article cite en l’occurrence une réunion secrète tenue à l’île de Djerba entre Brahem et le chef des services secrets émiratis durant laquelle tout aurait été joué.

L’article indique également que ce sont les renseignements français, allemands et algériens qui ont découvert cette manœuvre et ont alerté le gouvernement Chahed. « La manœuvre pourtant n’a pas abouti. Les services français, allemands et algériens ont eu vent de l’opération en préparation et les autorités légitimes furent prévenues.

Le Premier ministre Youssef Chahed, adepte de la guerre éclair, a saisi cette formidable occasion pour obtenir la tête de son adversaire de toujours, Lotfi Brahem, longtemps protégé pourtant en haut lieu. » a-t-on écrit.

Toujours selon le journaliste, le plan du ministre limogé « visait avant tout à écarter définitivement de la vie politique tunisienne les islamistes du mouvement Ennahdha ».

« De telles perspectives ne pouvaient que réjouir les Emiratis, leurs alliés saoudiens et égyptiens et l’entourage du président Trump, sinon l’administration américaine elle-même, qui comme souvent, a plusieurs fers sur le feu en Tunisie. » a-t-on conclu.

Notons-le, ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l’Institut Maghreb (Paris 8) et l’auteur de plusieurs livres: « Les beurgeois de la République » (Le Seuil) « La maison Pasqua » (Plon), « BHL, une imposture française » (Les Arènes)…

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo