Tunisie : 132.250 candidats au baccalauréat 2018

Tunisie : 132.250 candidats au baccalauréat 2018

Par -

Nous sommes à J-2 du démarrage des examens du baccalauréat. Et cette année 132.250 candidats passeront le bac, a annoncé ce lundi 4 juin 2018, Omar Ouelbani, directeur général des examens auprès du ministère de l’Education, lors d’une conférence de presse.

Parmi ces 132.250 candidats, 107.981 sont issus de l’enseignement public et 18.783 de l’enseignement privé.

La session principale démarrera ce mercredi 6 juin et s’achèvera le 13 juin. Les résultats de la première session seront proclamés le dimanche 24 juin.

La session de contrôle aura lieu du 26 au 29 juin et les résultats seront proclamés le 7 juillet.

Le Bac sport s’est déroulé du 16 au 28 avril et les oraux du 18 au 29 mai.

Nouvelles procédures

Cette année et en vue d’éviter les fraudes lors des examens du baccalauréat, le ministère de l’Education a annoncé une série de nouvelles procédures qui seront appliquées dans tous les lycées de la République.

Tous les appareils électroniques seront interdits dans tous les centres d’examens, et pas seulement dans les salles. Et pour la première fois, les sujets des examens seront envoyés par correspondance électronique.

A part les agents de sécurité, environ 140 mille agents et cadres seront mobilisés durant les examens, dont 81 mille surveillants et 20 mille correcteurs mobilisés cette année.

Les épreuves se dérouleront dans 1091 centres d’examens alors que 30 centres de correction seront exploités cette année.

Mesures dissuasives

Les mesures dissuasives ont été durcies cette année à l’occasion de l’examen du baccalauréat. Un arrêté du ministre de l’Education daté du 15 mai 2018 et amendant l’arrêté du 24 avril 2008 relatif au régime de l’examen du baccalauréat prévoir en effet, une interdiction de 5 ans envers tout candidat ayant fraudé ou ayant tenté de frauder.

Le candidat fautif sera interdit de bac pendant cinq ans et ne pourra s’inscrire à l’examen qu’après avoir purgé cette « suspension ». il sera également exclu de tous les établissements éducatifs publics, selon cet arrêté.

L’arrêté indique, également, que toute mauvaise attitude ou mauvais comportement est puni par une exclusion de tous les établissements éducatifs publics outre l’interdiction de passer l’examen pendant trois ans.

Lorsqu’un candidat est a été confondu pour fraude ou tentative de fraude et qu’il fait preuve de mauvais comportement, il risque 6 ans d’interdiction au baccalauréat outre son exclusion de tous les établissements éducatifs.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo