Tunisie : Les trois points à retenir de l’allocution de Youssef Chahed

Tunisie : Les trois points à retenir de l’allocution de Youssef Chahed

Par -
Youssef Chahed

Dans une allocution prononcée dans la soirée du mardi 29 mai, le chef du gouvernement Youssef Chahed s’est adressé au peuple tunisien, mais aussi aux dirigeants de son parti Nidaa Tounes, notamment HafedhCaid Essebsi.

C’est après la suspension des concertations autour du document de Carthage II que le chef du gouvernement a choisi de s’exprimer en public. Conscient du fait que son maintien à la tête du gouvernement est à l’origine de la suspension dudit document, Chahed n’a pas présenté sa démission, encore mieux, il a promis des réformes en urgence.

Chahed a saisi l’occasion également pour s’adresser directement et pour la première fois à Hafedh Caid Essebsi, directeur exécutif de Nidaa Tounes, l’accusant d’avoir, lui et son entourage, détruit le parti.

Dans cette allocution d’une dizaine de minutes, trois points essentiels se dégagent clairement.

Chahed ne démissionne pas et promet des réformes

Alors que la classe politique commence à spéculer sur son départ ou son maintien, Youssef Chahed a assuré qu’il continuera sa mission en tant que chef du gouvernement tunisien.  » Je ne m’accroche pas au pouvoir…, mais je ne fuis pas ma responsabilité qui consiste à protéger le pays et garantir sa sécurité et sa stabilité », a-t-il déclaré.

Dans ce sens, il a présenté une sorte de plan d’action gouvernemental pour le reste de cette année 2018, s’appuyant notamment sur trois réformes urgentes, à savoir : La réforme des caisses sociales, la réforme des institutions publiques et le contrôle de la masse salariale de la fonction publique.

“Je n’ai aucun projet personnel pour 2019. Mon seul projet et de réaliser la stabilité politique, mener les grandes réformes, et continuer dans la lutte contre la corruption.” a-t-il conclu.

Guerre annoncée contre Hafedh Caid Essebsi

Nous savons déjà que les relations entre Hafedh Caid Essebsi et le chef du gouvernement ne sont pas au beau fixe. Mais c’est pour la première fois, que Youssef Chahed cite directement le directeur exécutif de Nidaa Tounes, l’accusant d’avoir, lui et son entourage, détruit le parti.  » Les dirigeants de Nidaa Tounes, et à leur tête Hafedh Caid Essebsi, ont détruit le parti. Cela est même devenu une menace pour les institutions publiques » a-t-il accusé, annonçant ainsi une guerre contre ces dirigeants au sein de son parti.

Pour lui, ces dirigeants ont poussé plusieurs compétences à quitter le parti, et sont à l’origine de ses défaites aux élections.

Un dialogue national social pour contenir la crise

Un troisième point aussi bien important que les premiers, concerne la situation sociale du pays. “Notre pays a besoin d’unité. C’est un appel que j’adresse à tous les Tunisiens et les parties politiques et sociales à s’unir et mettre la Tunisie comme leur priorité absolue. J’enverrai dans les prochains jours des invitations pour un dialogue national social.” a-t-il conclut.

Selon lui, ce dialogue permettra de souligner les priorités de la Tunisie en partenariat avec les parties sociales, notamment l’UGTT.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo