La Soukra : Des constructions sur un site abritant les vestiges de...

La Soukra : Des constructions sur un site abritant les vestiges de l’aqueduc romain

Par -

Des habitants de la Soukra ont tiré la sonnette d’alarme sur ce qui est train de se dérouler dans leur quartier en termes de dépassements à tous les niveaux.

Ces habitants se disent attristés mais surtout révoltés et impuissants face à ces dépassements. Des constructions ont pris pied sur un terrain municipal (Dar Fadhal, la Soukra, derrière la résidence Elyès).

Il s’agit pourtant d’un site, dans la prolongation du parc inauguré par Ben Ali en 2011, qui abrite ​les vestiges de l’aqueduc romain et est, par conséquent, interdit de construction.

Une citoyenne nous a contacté pour nous livrer son témoignage quant à cette situation qui perdure :

« Profitant du vide légal existant en Tunisie, où la loi ne s’applique pas, les gens ont recommencé à ériger ce gourbis. Parallèlement, profitant de la brèche qu’ils ont ouverte pour introduire leur matériel, les camions ont créé un nouveau dépotoir de déchets : quotidiennement ils viennent déverser toutes sortes de déchets sans arrêt.

La police environnementale est absente, leur téléphone ne décroche pas. L’Institut du patrimoine a été notifié : eux aussi ne font rien. La municipalité de la Soukra fait la sourde oreille. Pourtant, il suffirait de poster une unité de la police environnementale et appliquer la loi, pour avoir une source de revenus, rien qu’en encaissant le montant des amendes !

Ils ont encore construit un mur que entoure la plus grande pierre de l’aqueduc, qu’ils essayent de démolir à coup de massue aussi », déplore-t-elle.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo