Les hôtels affichent complet mais pas les bénéfices

Les hôtels affichent complet mais pas les bénéfices

Par -
Tribune | Par Wael Mejrissi

L’île touristique de Djerba affiche quasiment complet pour la période estivale à venir. En apparence une nouvelle de bon augure mais en apparence seulement. Le ministère du tourisme a affiché un objectifs de 8 millions de touristes pour les vacances d’été ce qui est considérable. Les calculettes chauffent déjà pour connaître les chiffres d’affaires estimatifs des hôtels, des sociétés de locations de voitures etc… Mais la réalité est toute autre.

En effet, les prix pratiqués par l’industrie du tourisme ont subi d’immenses pressions à la baisse par les tours opérateurs. Ces prix sont désormais à un niveau si bas qu’ils menacent même la rentabilité de plusieurs chaînes hôtelières bien qu’en affichant complet car les prix pratiqués et disons même imposés ne sont pas de nature à engranger des bénéfices significatifs pour les professionnels de ce secteur.

Les hôtels affichent complet sans afficher complet du côté des objectifs financiers à atteindre. Une donc bien mauvaise affaire pour la Tunisie qui se voit ainsi contrainte de faire bonne figure devant des touristes toujours plus exigeants alors que les sommes payées sont dérisoires au regard des prestations offertes. Les prix ont été littéralement massacrés par attirer les touristes européens au pays de Carthage ce qui pose question d’un point de vue économique et stratégique.

En revanche et c’est là le véritable scandale, c’est que le citoyen tunisien, lui se voit appliqué le prix fort lorsqu’il consomme des services de ces mêmes hôtels comme si c’était lui l’étranger et l’Européen le Tunisien. Une situation ubuesque quand on sait que le citoyen tunisien est mis à contribution et paie un lourd tribu sur sa fiche de paie pour le redressement du pays via notamment la loi de finances 2018. Une vision totalement biaisée que le bon sens devrait naturellement dénoncer au vu de l’injustice criante que cela représente pour tout le peuple tunisien.

On accepterait donc de travailler quasi-gratuitement lorsque ce sont des Européens qui viennent sur notre sol mais le citoyen tunisien lui se voit réserver une tarification prohibitive et un accueil qui n’a d’égal que la suffisance et le mépris. Cette réalité s’inscrit d’ailleurs dans le sillage des conditions que prépare le gouvernement pour les étrangers désireux d’acquérir des biens immobiliers sur notre sol. Nous facilitons subséquemment la vie de nos hôtes pour accentuer l’adversité de ceux qui font tourner la machine économique tout le reste de l’année. Une logique pour le moins douteuse dont seul notre pays a le secret.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo