Hausse des tarifs des taxis et louages, une solution en trompe-l’œil

Hausse des tarifs des taxis et louages, une solution en trompe-l’œil

Par -
Tribune | Par Wael Mejrissi

Le ministère des Transports a accordé une hausse des tarifs aux propriétaires des taxis et louages de l’ordre de 13%. Une hausse substantielle qui vient étrangler un peu plus le citoyen dont le porte-monnaie ressemble maintenant à une véritable passoire.

On aurait voulu appliquer une mauvaise décision pour les professionnels de ce secteur qu’on s’y serait pas mieux pris. En effet, en plus de pénaliser le Tunisien qui se déplace essentiellement avec ces modes de transports, cette hausse tarifaire ne résout absolument pas les problèmes structurels de cette profession qui est minée, on le sait, par les transports clandestins.

Cette majoration de 13% qui intervient au plus mauvais moment suite aux chiffres de l’inflation particulièrement préoccupants, va inciter les citoyens à se reporter davantage vers des modes de transports alternatifs comme le covoiturage lorsque c’est possible, le bus et même les taxis et louages clandestins.

Les chauffeurs hors-la-loi gagnent du terrain face à la passivité voir la complicité des autorités qui permettent ce transport frauduleux moyennant un bakchich qui en Tunisie n’est ni plus ni moins qu’un échange de bon procédé.

Rappelons que ces chauffeurs illégaux sont très compétitifs car ils n’ont ni charges, ni licence et parfois même ni assurance à payer. Cela leur permet donc de rentrer dans leur frais et d’engranger des bénéfices significatifs au détriment d’une corporation très réglementée.

Or, plutôt que de revendiquer la chasse à cette économie parallèle, le syndicat de la profession a préféré la facilité à la complexité. Complexité qui, à moyen-terme, garantirait la pérennité d’un modèle économique de transport viable autant pour les professionnels que pour les consommateurs.

Mais en Tunisie, on l’a compris, le mode gestion des problèmes est le rafistolage. Pourtant ne dit-on pas « gouverner c’est prévoir »? Malheureusement, l’application de ce concept est encore loin d’atteindre notre bon sens. Ce dernier s’attelle aujourd’hui simplement à colmater les brèches jusqu’à ce que la barque toute entière prenne l’eau.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo