Enseignante du secondaire, elle touche un salaire de 1570 dinars et réclame...

Enseignante du secondaire, elle touche un salaire de 1570 dinars et réclame une augmentation

Par -

La guerre ouverte entre le gouvernement et les syndicats de l’enseignement se poursuit. Hier Youssef Chahed s’est engagé à réactiver les négociations si les cours reprennent dès lundi prochain. Un engagement qui n’a pas été pris en considération par les syndicats… L’année blanche n’est plus une simple éventualité.

C’est dans ce contexte qu’une enseignante au lycée du Bardo, a révélé son salaire sur un plateau télévisé. En effet, hier vendredi 20 avril, l’enseignante Nabila Feriani est intervenue lors d’une émission sur Attessia TV animée par le journaliste Boubaker Ben Akacha, pour revenir sur cette crise, et a fini par se prononcer sur ses revenus.

Interrogée sur le montant de son salaire, l’enseignante a affirmé qu’elle touche exactement 1570 dinars mensuellement, une somme qui n’inclut pas certaines primes comme celle de la rentrée scolaire. Cette prof exerce depuis 1996, et jouit d’un grade important.

Nabila Feriani a estimé que vu les conditions de leur métier jugées difficiles, les enseignants méritent bel et bien une augmentation salariale, ainsi que l’amélioration de l’infrastructure des lycées, collèges et écoles.

L’animateur de l’émission ainsi que les invités et le public ont été surpris face à cette révélation d’autant plus que ladite enseignante insistait sur le fait que son salaire est insuffisant, vu le nombre d’heures de travail (ne dépassant pas les 20h par semaine).

Ironiquement, Boubaker Ben Akacha s’est montré solidaire de cette enseignante affirmant que s’il était à sa place il aurait manifesté dans la rue.

La situation au point mort

Suite à la réunion de la commission administrative nationale, tenue ce vendredi au siège de l’union générale tunisienne du travail (UGTT), il a été décidé de tenir une réunion urgente du bureau exécutif demain, samedi à 17h.

Dans un post publié sur sa page officielle, la centrale syndicale, a également annoncé que la commission administrative se réunira d’urgence, lundi prochain, pour examiner la situation dans le pays.

Estimant qu’à travers la crise de l’enseignement secondaire, le gouvernement veut dissimuler l’échec de sa politique, Nouredine Taboubi a réitéré son soutien aux enseignants du secondaire dans leurs revendications.

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a appelé les enseignants des collèges et lycées secondaires à reprendre les cours et à restituer les notes dès lundi prochain. Dans ce cas, les négociations entre les parties syndicales et le gouvernement repronderont, a-t-il affirmé.

Chahed a affirmé qu’une année blanche n’est plus désormais une “simple éventualité” si l’impasse continue mais “une possibilité réelle”, rapporte l’agence TAP.

« Les parents s’inquiètent pour l’avenir de leurs enfants, désormais menacé à cause de la grève ouverte lancée depuis quatre jours et de la retenue des notes depuis trois mois, ce qui a influé négativement sur le niveau pédagogique et sur l’orientation”, a-t-il dit.

Réagissant aux propos de Youssef Chahed, Lassaad Yacoubi, secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement secondaire, a affirmé dans un post Facebook cité par Mosaïque FM, que ce discours est « miné ».

« Nous connaissons bien vos objectifs, mais vos plans ne passeront pas » a-t-il posté.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo