Liberté de culte : La Tunisie n’est pas aussi libre que ça, estime l’émissaire de l’ONU

Le Rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté de religion et de conviction, Ahmed Chahid, venu en Tunisie pour s’enquérir de la garantie de la liberté confessionnelles, a déclaré qu’il existe encore des disparités entre les dispositions prévues par la Constitution tunisienne en matière de protection des droits de l’Homme et dans la réalité pratique.

Lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 19 avril, le responsable onusien a indiqué que certaines pratiques viennent compromettre le pluralisme religieux et porter atteinte à cette liberté, malgré les garanties offertes par la législation tunisienne.

Selon lui, certaines pressions voire des cas de harcèlement sont exercés sur des individus dans le cadre de leurs pratiques religieuses.

« Des communautés religieuses et autres minorités font encore aujourd’hui face à des difficultés et à des restrictions dans la pratique religieuse et de culte », a-t-il déclaré, citant l’exemple des mesures imposées en milieu carcéral aux détenus, les obligeant à se conformer aux règles de conduite et d’hygiène (rasage de la barbe) aux dépens de leurs convictions et croyances.

Shaheed a, en outre, relevé un certain degré d’intolérance face à la conversion religieuse dans la société tunisienne et une récurrence des discours religieux de haine et des accusations d’apostasie.

Commentaires: