Jazz à Carthage : Surgie de nulle part, une lionne nommée « Excitements »

Jazz à Carthage : Surgie de nulle part, une lionne nommée « Excitements »

Par -

Institution conviviale, le Jazz Club de l’espace El Khima est une judicieuse manière de poursuivre le rêve d’une nuit à Carthage en retrouvant d’autres sensations musicales.

Ainsi, en marge de Jazz à Carthage, quatre clubs sont à l’ordre du jour dont le tout premier avait été consacré à la trompettiste anglo-bahreini Yazz Ahmed.

Le gros atout des clubs de Jazz à Carthage, c’est que le public est carrément dans la proximité des artistes. Une petite scène, une sono parfaite, des tables et des chaises et le tour est joué! Il reste alors à la musique de faire le reste.

The Excitements, c’est une affiche prometteuse avec un groupe qui présente un line up avec trois guitares, des cuivres et un batteur omniprésent. A la manière des big bands de jazz et des groupes des temps héroïques du rock et du rythm’n’blues, The Excitements titillait la curiosité et le public était au rendez-vous.

Cuivres rutilants, musiciens en costume de rigueur, l’ambiance était au classique. Deux morceaux rythmés, millimétrés et efficaces ont ouvert le bal et la soirée s’annonçait somme toute conventionnelle mais passionnante.

C’est alors que surgit une véritable lionne! Un million de volts d’énergie à l’état brut! Une voix à faire chalouper les coeurs et un look ravageur qui reléguait la bonne vieille Tina Turner à un statut de mamy.

Quelle classe, quelle puissance et quel art scénique! Elle vous emballerait Carthage en deux temps trois mouvements et illuminerait la fête de mille feux…

Entre pas de danse frénétiques et rugissements vocaux, « The Excitements » hissaient la musique à son comble, avec un style super efficace qui ne faisait ni dans le détail ni dans la dentelle.

En une heure et deux rappels, le groupe (spécialement venu de Barcelone) remporta la mise et offrit au public un contrepoint musical comme provenant de l’éternité, comme célébrant les mânes des grands parrains du style James Brown, Joe Tex ou Rufus Thomas.

Une soirée 100% rythm’n’blues de la meilleure veine, un jazz club qui mériterait un statut permanent et un public en or!

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo