Jazz à Carthage : Broken Back au cœur des réseaux de lumière

Jazz à Carthage : Broken Back au cœur des réseaux de lumière

Par -

Jaillissant, fulminant, chuchotant et inexorable, Broken Back, tel un ange dans des lumières troublantes, a vite fait d’imposer sa présence scénique remarquable.

A la manière d’un Iggy Pop ou d’un Jethro Tull, il occupait toute la scène, virevoltait, sautillait, interpellait le public. Porté par les percussions de Sam et le synthétiseur de Thomas, Broken Back jouait de cette présence et d’un répertoire pluriel qu’il pouvait tour à tour chuchoter ou quasiment hurler.

Comme un seul homme, le public dansait sur les rythmes échevelés et se laissait nimber des étranges réseaux de lumière distillés par une excellente Camille.

Visuellement parlant, le show de Broken Back est l’un des meilleurs qu’on ait jamais vu à Jazz à Carthage. Les lumières pouvaient surgir crues, s’atténuer doucement, s’estomper dans le vide, plonger les musiciens dans des pénombres irréelles.

Les tableaux se succédaient et, selon les compositions, on se laissait couler dans des forêts de symboles musicaux suggérant la descente aux enfers ou les cieux de la rédemption.

Tout en métaphores, le spectacle s’avérait très conceptuel mais vibrant d’un jazz-rock qui évoquait plus Steely Dan, Weather Report, Styx ou Dr Feelgood que la pop contemporaine. D’ailleurs, dans ses textes et sa démarche propre, Broken Back nous semblait très proche du Génésis de « The lamb lies down on Broadway » ou des Who de « Quadrophénia ».

Spectaculaire à souhait, le chanteur occupait tout l’espace, y parvenait d’autant mieux que ses complices le soutenaient à merveille.

Authentique intellectuel, parfois ésotérique dans ses mots avec la mélodie dans la voix, Broken Back nous a gratifié d’un concert plein et délié, tournant à plein régime et riche de multiples effets sonores et lumineux. Que demander de plus à un artiste?

Convaincant et énergique à souhait, Broken Back se produisait hier pour la première fois en Tunisie et, selon la répartie bien connue, cela s’appellera probablement retour prochain! Rien à ajouter sinon un « On en redemande »!

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo

Tunis-Hebdo

Tunis-Hebdo