Human Rights Watch appelle à prolonger le mandat de l’IVD

L’ONG internationale Human Rights Watch (HRW) a indiqué, dans un communiqué paru ce vendredi 23 mars, que l’Instance Vérité et Dignité devrait être autorisée à prolonger son mandat.

« Les autorités tunisiennes ont déjà entravé le travail de la Commission Vérité et Dignité en refusant de coopérer pleinement avec elle et en adoptant une loi controversée sur la réconciliation administrative », a déclaré Amna Guellali, directrice du bureau de Human Rights Watch à Tunis. « En votant ‘non’ à l’extension du travail de la commission, le parlement voterait ‘oui’ pour l’impunité. »

« Renouveler le mandat est particulièrement important étant donné l’importance du rôle de l’instance dans le transfert des cas de violations flagrantes des droits de l’homme à des tribunaux spécialisés, établis par la loi sur la justice transitionnelle », ajoute le communiqué.

Sept associations et organisations – l’Association de Défense des Libertés Individuelles, Avocats Sans Frontières, l’Organisation Mondiale Contre la Torture, la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme, Labo’ démocratique, l’Association Al-Karama et le Réseau Tunisien pour la Justice Transitionnelle, ont publié en date du 13 mars 2018, un communiqué commun relatif à la décision de l’Assemblée des Représentants du Peuple par rapport à la prorogation du mandat de l’Instance Vérité et Dignité pour la durée d’un an.

Rappelons-le,  dix députés du groupe démocrate ont intenté une procédure d’urgence auprès du Tribunal administratif pour annuler la décision du bureau de l’ARP relative à la tenue d’une plénière, le 24 mars, consacrée à l’examen d’une possible prorogation de la mission de l’IVD.

Commentaires: