Ariana : Les enfants autistes n’ont bénéficié d’aucun suivi psychologique

Ariana : Les enfants autistes n’ont bénéficié d’aucun suivi psychologique

Par -
Illustration

La porte-parole du comité de soutien aux enfants autistes, Najet Laabidi, a affirmé ce lundi 19 mars 2018, que les enfants autistes victimes de violences au centre pour enfants autistes de l’Ariana n’ont bénéficié, jusqu’à présent, d’aucun accompagnement psychologique.

Ce fait intervient en dépit de l’engagement du gouvernement à fournir une prise en charge psychologique à tous les enfants victimes de violences au sein de ce centre, a-t-elle expliqué affirmant que seuls les enfants dont les parents ont choisi de les laisser dans cet établissement, ont bénéficié de cette initiative.

Auditionnée, par la Commission des affaires des handicapés et des catégories précaires à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Laabidi a mis en doute « l’efficacité de ces séances de prise en charge psychologique qui sont effectuées au sein du centre, estimant que le choix du lieu n’est pas judicieux dans la mesure où il s’agit de « la scène du crime » pour la victime » rapporte la TAP.

Dans ce sens, l’avocate a exprimé son étonnement de voir le centre continuer d’accueillir des enfants autistes malgré ce grave incident.

Rappelons-le, quatre accusés ont été traduits devant le 3e juge d’instruction du tribunal de l’Ariana dans l’affaire des enfants autistes maltraités du centre « Les Premiers Pas Qui Comptent » à El-Menzah 7 (Ariana). Il s’agit de la directrice du centre de protection des enfants autistes, deux éducatrices et un ouvrier.

La directrice du centre de protection des enfants autistes et ses deux employées avaient été arrêtées.

Une enquête judiciaire a été ouverte suite à la diffusion d’une séquence vidéo sur les réseaux sociaux, qui montre des enfants subir par des éducateurs des actes de violence physique. Dans cette vidéo on voit une enseignante qui brutalise un enfant autiste.

Le parquet a ainsi ordonné leur mise en garde à vue et a pris la décision d’engager une action en justice pour torture, maltraitance sur mineurs et violence à l’encontre d’enfants.

Finalement, le juge d’instruction a émis un mandat de dépôt, dans la soirée du mercredi 21 février 2018, à l’encontre d’une seule éducatrice dans l’affaire des enfants autistes agressés dans un centre à l’Ariana.

Les autres accusés ont été maintenus en état de liberté, c’est ce qu’a déclaré à l’agence TAP, le substitut du procureur de la République Moez Gheribi.

Lire aussi :

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo