Syndicat de la sécurité républicaine : « Ce qui s’est passé au tribunal de Ben Arous est un piège »

Le syndicat de la sécurité républicaine a commenté, dans un communiqué rendu public, les incidents du Tribunal de Ben Arous.

Le syndicat a qualifié les événements de « piège tendu pour envenimer les relations entre le pouvoir judiciaire et les corps de sécurité » et a estimé que l’arrestation de cinq membres de la sécurité, dans l’affaire du détenu victime de violence, « s’est effectuée sous la pression de certains lobbies de la corruption, du terrorisme et de l’intimidation ».

Le communiqué, adressé aux trois présidences, à certains ministres, responsables judiciaires et des présidents d’organisations de droits de l’homme, relayé par l’agence TAP, ajoute que « les membres des forces de sécurité étaient présents devant le siège du tribunal de Ben Arous pour assurer la sécurité du tribunal sur instructions administratives ».

Le syndicat a également critiqué le rapport de l’instance nationale de lutte contre la torture sur sa visite au tribunal de première instance de Ben Arous portant sur un soupçon de torture à l’encontre d’un suspect de droit commun.

« La vérité qui saute aux yeux est que les actions de cette instance n’ont pas touché les agressions et les tueries des membres des institutions de sécurité et des militaires lors des attentats terroristes perpétrés en Tunisie après la révolution jusqu’à nos jours », ajoute la déclaration.

Rappelons que le 26 février, des sécuritaires se sont rassemblés dans l’enceinte du tribunal administratif de Ben Arous pour protester contre l’arrestation de trois policiers, accusés de violence envers un accusé impliqué dans l’assassinat de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.

Commentaires: