Tunisie : 60 arrestations pour délit d’homosexualité en 2017

Depuis la révolution du 14 Janvier 2011, l’homosexualité est devenue, en corrélation avec plus de libertés d’expression et d’association, plus visible au sein de la société.

Mais le revers de la médaille pour les homosexuels, c’est beaucoup plus de répression. Un constat que fait Mounir Baatour, avocat à la cour de cassation de Tunis, co-fondateur et président de l’association pour la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie « Shams ». L’avocat a dressé un état des lieux, publié par Mediapart.

Selon Mounir Baatour, « l’association « Shams » a comptabilisé plus de 400 arrestations arbitraires d’homosexuels depuis la révolution du 14 janvier 2011 et 21 meurtres homophobe sans parler des centaines de cas de violences et d’agressions ».

Pour l’année 2017, « plus de 60 arrestations pour délit d’homosexualité et des dizaines de condamnation qui varient de 4 mois à 2 ans de prison ferme » ont été enregistrées par « Shams », sachant que l’article 230 du code pénal prévoit une peine maximale de 3 ans de prison pour sodomie ou lesbianisme.

Commentaires: